San Francisco Life
Bonjour et bienvenue sur le Forum de San Francisco Life ! =)

Nous sommes toujours ravis d'accueillir de nouveaux membres et si tu veux t'inscrire, n'oublie pas de choisir un nom et un prénom

Petite précisions : Pour l'inscription, tu n'as pas besoin d'activer ton compte ! =)

Nous espérons te voir bientôt parmi nous ^^

Clara, Fondatrice du Forum.



 

Partagez | 
 

 En vacances, enfin! Et les ennuis continuent... Mathias

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

avatar
I am
Invité



MessageSujet: En vacances, enfin! Et les ennuis continuent... Mathias   Mar 18 Aoû - 22:52

Après : http://www.sanfranciscolife.net/t13936-et-si-je-te-demandais-pardon-pv

tenue : http://img0.ndsstatic.com/wallpapers/eb75d5b5cebd5b361b137270bb2cde38_large.jpeg

Me réconcilier avec mon frère m'a fait beaucoup de bien. J'ai retrouvé mon p'tit chat et nous avons pu crever l'abcès. J'ai bien compris que j'étais parfois trop intrusive, et son sentiment d'être considéré comme un gamin encore à l'âge de dix sept ans, et je peux entièrement comprendre son point de vue. Quant à moi, il a fallu que je lui fasse comprendre à quel point se servir de moi pour ensuite me hurler dessus me blessait énormément, surtout en ces temps particulièrement durs.

A l'hôpital, je suis perçue comme la traînée qui s'est abaissé à piquer le mari d'une patiente sur le point d'avoir des jumeaux. Croyez moi, je suis plus que ravie d'être en vacances. J'ai mes billets pour Hawai, et compte bien aller en profiter, pour oublier tous ces Kenzo, Mathias et Bella... Elle ma chaudement recommandé de ne pas m'approcher de lui, et je compte bien l'écouter.

J'ai pris du recul, j'essaie de ne pas penser à lui. Après tout, nous avons passé une soirée, une seule. Et même si son regard est pénétrant, son sourire charmant, et ses paroles.. bref, il sait comment séduire il me semble, je l'extirpe peu à peu de ma mémoire, même si, comme pour cette aventure avec Kenzo, une baguette magique ne serait pas du luxe.

Je claque la porte de chez moi, valise sur roulette posée sur le sol. Je la ferme à clés, puis file. Pourquoi je n'ai pas appelé un taxi, hmm?? Alors que les gros nuages orageux avancent encore et encore. Je remonte ma rue, quand la pluie s'abat sur moi, qui tire ma valise derrière moi.

"Super, les vacances commencent bien." Je suis en avance, et je voulais juste rejoindre le centre ville à pieds, histoire de m'aérer l'esprit, avant de rejoindre l'aéroport. J'ai uine peur bleue des avions.

Je me retrouve rapidement trempée de la tête aux pieds, quand je me retourne sur une voiture qui me suit. Mes clefs tombent à mes pieds; et je les ramasse, peinant à y voir avec cette vraie mousson!! Quand je me relève, je discerne Mathias. A non! Qu'est ce que...

"Qu'est ce que vous faites ici?"

Je récupère l'anse de ma valise, et reprend ma route,

"J'ai pas le temps de parler, je dois aller à l'aéroport."
Revenir en haut Aller en bas

Patron du
Lounge Bar

avatar
I am
Mathias Toda

Masculin
✘ Messages : 119


MessageSujet: Re: En vacances, enfin! Et les ennuis continuent... Mathias   Dim 23 Aoû - 18:25

En vacances, enfin!
Et les ennuis continuent...
Mathias & Isobel


J’ai pris ma semaine, l’achat du Lounge bar à était validée et accepté, quelques travaux ont eu lieu, j’avais d’ailleurs accordé quelques congés à Liam le gérant qui avait apparemment apprécié ces quelques semaines de répits. Alors de mon côté, après des semaines de paperasse, j’avais moi aussi besoin de quelques jours avec ma fille. Depuis notre arrivée à San Francisco, j’ai été beaucoup trop absent, jusqu’à ce qu’elle me fasse la remarque, un soir alors qu’on était dans sa chambre, à lire une dernière histoire avant qu’elle puisse trouver le sommeil. En arrivé au fait que ma fille me réclame du temps, a était pour moi un crève cœur…

Dés le premier jour nous avons profité, direction la Californie pour deux jours à Disneyland, ou on a pu se retrouver rien que tout les deux, loin de la pression que j’endure avec le travail et loin de tout le reste du monde, car pendant ces deux jours, j’ai réellement eu l’impression de me retrouvais dans un autre monde, ou ennuie et problème n’existe plus. Je n’avais qu’une chose à pensé, donner le sourire à ma fille et dans ce contexte féérique, elle en a réellement profité.

C’est plein de souvenir en tête que nous rentrons à San Francisco, à contre cœur bien sur, surtout pour Elisabeth qui depuis ne cesse de me bassinais pour qu’on y retourne, mieux pour qu’on s’y installe, oui ma fille est une rêveuse, à son âge rien d’étonnant, mais elle voudrait que papa lui achète le château centrale du parc pour pouvoir y passer le reste de sa vie. Je pense que si c’était réellement possible… je lui offrirais rien que pour qu’elle soit comblée. Je sais… on n’achète pas l’amour de son enfant, je n’ai pas à gagner le sien, mais peut être que ça aiderait à comblé le manque d’une mère dans sa vie ? Non je sais c’est ridicule de penser ainsi… car rien ne remplacera Morgan…. Le temps atténuera juste les choses.

Aujourd’hui, Elisabeth à tout de même réussi à me trainais dans un fast Food… c’est bien le genre de repas que je déteste prendre, mais est-ce que je peux refuser quelque chose à cette petite bouille ? Puis pour mieux faire, nous prenons la direction d’un parc ou on pense passer l’après midi, mais c’était sans compté sur le soleil qui nous abandonne alors qu’Eli se trouve sur un des toboggans.

« Ely descend de là s’il te plaît, il pleut ! Tu vas tomber malade »

« ‘Tend papa, ‘core 1 »

Me dit-elle le pouce levait en l’air pour bien me faire comprendre ce qu’elle veut.

« Dépêche-toi »

Des qu’elle arrive en bas du Toboggan, je la prends dans mes bras et je cours pour rejoindre la voiture, la plaçant à l’arrière dans son siège ou je prends le temps de l’attachait alors qu’elle se moque gentiment de mes cheveux tout mouillé ou elle passe et repasse sa main, pendant que j’essai de mettre cette foutu ceinture dans le trou !

« Raaaaa c’est pas possible ce truc ! »

Mais à force d’acharnement, le clic de sécurité se fait enfin entendre, pour mon plus grand soulagement. Mouillé, je me glisse côté conducteur et soupire, foutu temps ! C’est loin de San Francisco que j’aurai du partir avec ma fille, ça nous aurais permis de profité du soleil…. Les Bermudes ? Tahiti ? Oh oui le soleil me manque, même si ce n’est qu’une seule après midi de pluies, mais je regrette déjà de ne pas être loin d’ici pour l’évitais.

Je démarre la voiture et nous reprenons la direction de la maison, mais les rues sont pleine et les gens ralentisse à cause de la pluie, je regarde alors autour de la voiture, les gens que l’on croise, certaine réaction me font sourire, puis mon regard est attiré vers le trottoir, ou de dos j’ai l’impression de reconnaitre une personne.

« Tiens ? »

« Quoi papa ? »

« Rien bébé, je pense tout haut »

Je tourne la tête vers elle et lui adresse un sourire, avant de reposer mon regard sur cette personne que je pense connaitre, puis son visage tourner dans ma direction et je reconnais Isobel, la médecin de Bella, mais aussi cette femme que j’ai apprécié rencontré. Je lui dois des explications, depuis la dernière fois à l’hôpital, je n’ai pas eu l’occasion de la revoir. Je la devance et me garre un peu plus haut, j’enlève ma ceinture et me penche à l’arrière pour attraper le parapluie qui se trouve sur le tapis.

« Papa arrive, regarde, je serais juste devant ta fenêtre d’accord ? »

Elle remue la tête pour me dire qu’elle a compris et je sors de la voiture, fait le tour sous la pluie alors que j’ouvre le parapluie sans oublié de verrouillé les portières de la voiture, j’ai beau être juste à côté, je préfère prendre le maximum de sécurité.

« Isobel ? »

Quand elle relève les yeux vers moi, après avoir ramassé ses clefs, sa réaction ne se fait pas attendre.

« Je… passais dans le coin »

Quand elle passe à côté de moi, je jette un œil sur Eli et m’éloigne d’un pas ou deux pour la rejoindre avant de lui dire.

« Attendez Isobel s’il vous plais. Laissais moi vous déposez ? Ma fille est dans la voiture et… j’aimerai vraiment vous parlez au sujet de la dernière fois, je pense que vous vous méprenez vraiment à mon sujet »

Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
I am
Invité



MessageSujet: Re: En vacances, enfin! Et les ennuis continuent... Mathias   Lun 24 Aoû - 8:32


J'ai tellement attendu ces vacances, ces derniers mois ont été tellement ... riches en rebondissements, et pas seulement les meilleurs, alors, je compte bien m'octroyer un peu de repos. San Francisco... Trois mois, et j'y ai déjà beaucoup de souvenirs, et malheureusement, au vue de mon affect, des plus tristes que des joyeux. Je secoue la tête, lorsque la pluie s'y abat, comme si ça ne me surprenait même plus. En revanche, lorsque je me retourne et aperçois Mathias, derrière moi, là, je ne comprend plus. Pourquoi le destin veut-il mettre sur ma route les personnes que j'ai envie d'éviter ces temps ci? Aiden l'autre soir, aujourd'hui Mathias. Demain ça sera qui? Kenzo à Hawaii? Ca serait le bouquet final!!

Je jette un coup d'oeil au bel homme, toujours cette prestance et ce charme, même malgré la pluie. Je suis certaine que même vêtu d'un sac poubelle, il aurait toujours cette classe et ce genre d'aura calme qui l'entoure.

"Je vous le reproche pas!" lui dis-je, un peu affaiblie quand même, lorsqu'il se justifie, m'affirmant qu'il passait seulement dans le coin.

Après tout, il est libre de ses mouvements. Trempée jusqu'à la moelle, je grommelle et reprend ma valise. Je ne suis déjà pas très motivée à prendre l'avion, ça me terrifie, les crash aériens, on en voit d eplus en plus, alors si en plus, j'ai devant moi un autre élément qui me pousse à ne pas le prendre et à rester discuter de toutes les raisons qui font que nous ne nous croiserons plus... Bonjour la déprime, et à la rentrée, c'est dans le service psy, avec tous les déprimés que je vais me retrouver.

Mathias me rejoins une fois de plus. Quand il me désigne sa voiture avec sa fille dedans, je me penche en arrière, pour voir deux petits yeux ronds et avides du spectacles, surmontés d'une crinière rousse. Elle m'adresse un géant sourire et m'envoie un "coucou" de la main. A ça, je suis obligée de délaisser ma mauvaise humeur, ou plutôt ma détermination, en lui adressant un sourire amusé. Je lance un coup d'oeil à Mathias et soupire.

"Je pense pas vraiment me tromper."

Je baisse les yeux,

"Ou alors, c'est sans doute vous qui vous méprenez sur le mien."

Après tout, avec son amie, qui est marraine de sa fille, j'imagine bien qu'ils doivent passer des soirées entières à me dénigrer, et.. ça serait surement justifié, puisque j'ai couché avec ce garçon, qui, en plus, est son meilleur ami.

"Je suis pas certaine que votre fille ait à entendre ce genre de chose."

Toutefois, je lève la tête vers le ciel, je dégouline.

"Bon, ok. Mais vous sentez pas pressé d'arriver vite à l'aéroport."
Revenir en haut Aller en bas

Patron du
Lounge Bar

avatar
I am
Mathias Toda

Masculin
✘ Messages : 119


MessageSujet: Re: En vacances, enfin! Et les ennuis continuent... Mathias   Mar 25 Aoû - 9:49

En vacances, enfin!
Et les ennuis continuent...
Mathias & Isobel



Parfois, je me demande si le sort ne s’acharne pas. Comme si il décidé de sélectionné une personne sur terre et de s’acharner sur celle-ci pendant X temps, le temps que ça s’amuse. Je veux dire, je n’ai déjà pas eu de chance avec ma première véritable et importante histoire d’amour, elle est partie sans crier garde et sans scrupule en abandonnant sa fille qui n’avait même pas encore un an à l’époque. Certes elle savait très bien qu’Eli serait entre de bonne main, mais tout de même… quelle mère fait ça ? Et maintenant que je rencontre une femme, je ne sais pas si c’est le fait qu’elle me résiste qui m’attire, mais Isobel me plais depuis le premier jour ou je l’ai rencontré, pendant un rendez vous médical de mon amie Bella. Bien sur au départ c’était qu’une attirance physique, je n’avais pas d’autre idée que de la mettre dans mon lit… puis on s’est recroisé avec les hasards de la vie, nous avons fait connaissance et je me suis rendue compte qu’elle valait sans doute plus la peine que je ne l’aurai cru.

Evidemment… ça ne pouvais pas être si simple, car le jour même j’ai compris que c’était elle la femme sur qui avait craqué Kenzo, après des années de fidélité et de couple avec celle qui devait devenir officiellement sa femme quelques mois plus tard. Quand je vous dis que le sors s’acharne, avec moi il prend un malin plaisir. Puis on s’est revue…. A 4 en même tems et elle m’a clairement fait comprendre qu’elle ne voulait plus entendre parler de moi, ce que je peux comprendre… j’aurai du lui dire que j’étais au courant pour Kenzo… mais après tout est-ce que je dois payer pour les erreurs des autres ?

Depuis Bella ne m’adresse plus un mot, avec Kenzo…. On se contente du strict minimum et encore depuis la sortie d’hôpital de la brune, je n’ai plus du tout de nouvelle. Ça passera j’imagine… avec le temps ? Quoi qu’il en soit quand je remarque Isobel sous la pluie, je sors la rejoindre, venant mettre on parapluie par-dessus elle et quand elle s’éloigne, je la rattrape, mais tout en lui précisant que la petite est dans la voiture, donc bien sur elle peut reprendre la route…. Fuir… car je ne pourrais pas lui courir après.
Je lui propose de la déposait, ce qu’elle accepte, je lui adresse un léger sourire satisfait, même si elle a raison, Eli ne devrait pas être témoin de notre discussion, mais elle est là…

« D’accord »

Nous retournons jusqu’à la voiture, je prends soin de laissait le parapluie par-dessus elle, elle est déjà bien assez trempé et quand elle rentre dans la voiture, je fais la même chose de mon côté après avoir mis sa valise dans le coffre. Il fait bien meilleur une fois à l’intérieur. La petite voix d’Eli se fait entendre quand elle dit bonjour à Isobel, je tourne ma tête légèrement dans sa direction.

« Elisabeth je te présente Isobel, Isobel, Eli, ma fille »

« C’est mon papou »

Son petit rire se fait entendre, puis je pose le regard sur Isobel. Est-ce que je dois en venir au sujet tout de suite, ou prendre la route avant toute chose ? Je décide de quitter ma place de parking, prenant la route en direction de l’aéroport.

« J’espère que vous aurez meilleur temps là ou vous partez » « Vous partez longtemps ? »

Je ne sais pas si c’est la meilleure chose à faire, de parler d’autre chose pour le moment, mais j’ai l’impression que l’ambiance restera tendu si on aborde le sujet tout de suite et je préfère lui donnait le choix de pouvoir quitter la voiture si le sujet la dérange ou si ça part trop loin. Il ne faudra pas tellement de temps avant d’arriver au niveau du parking de l’aéroport, ça me prendre un peu plus de temps à trouver une place qu’autre chose. Quand j’arrête la voiture, laissant un léger soupire m’échappais.

« Isobel… j’ai su qui vous étiez pour eux après qu’on se soit vu l’autre soir. Quand je suis rentré Bella m’a parlé de vous, je ne veux pas que vous pensez que vous pensez que j’ai joué un rôle dans tout ça, mais vous ne pouvez pas me tenir responsable de ce qu’il vous a fait »
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
I am
Invité



MessageSujet: Re: En vacances, enfin! Et les ennuis continuent... Mathias   Mer 26 Aoû - 18:00


Trempée de la tête au pied, je dégouline, et me reproche le fait que je vais sans doute abimer les sièges en cuir de la voiture de Mathias, mais après tout, c'est lui qui a insisté pour que je monte avec lui et qu'il m'emmène, je prie seuleemnt pour qu'il n'accélère pas de trop. La vue des avions me rend malade, et je fais un effort surhumain, mais surtout parce que j'ai besoin de m'esquiver de cette ville. Je soupire, et constate,

"Je suis désolée, vos sièges vont morfler."

Je me tournepour prendre ma ceinture, et avise alors deux petits yeux, ronds comme des billes, et la belle petite fille prend la parole de sa voix cristalline. immédiatement, elle me rend plus ... plus détendue, moins anxieuse. Je vais peut-être l'embarqer à Hawaii, si elle a un tel effet sur moi cette petite... A moins que ça ne soit le côté médecin qui se veut rassurant avec cette enfant.

"Salut Elisabeth.. T'as un super prénom je trouve." Je lui souris, je ne crois pas qu'il me l'avait dit la fois ou nous avions bu un verre ensemble. Je croise le regard de Mathias, toujours tournée vers sa fille, "Ton papou?" Je lui souris, "C'est comme ça que j'appelais mon papa aussi." Cette pensée m'attriste et me met du baume au coeur à la fois. Il a l'air de tout faire pour la rendre heureuse. Et elle a l'air de bien lui rendre. Je me retourne de nouveau et m'accroche.

En me remettant face à la route, je croise de nouveau le regard de Mathias et soupire. Il me demande alors si je pars longtemps.

"Deux semaines. Logiquement, à Hawaii en aout, il devrait faire beau... mais je suis pas pressée."

Face à son regard, je rajoute,

"Peur bleue des avions..."

Je regarde l'extérieur,

"Mais ça sera toujours mieux que rester ici."

Mathias prend alors la route, et j'essaie de travailler sur mon stress. Puis, je le regarde quand il commence à parler. Il a l'air de croire que je lui en veux. Je reste interdite un instant. Puis, posément, je répond,

"Ma première réaction, ça a été de penser que vous m'aviez approché dans le but de.. de je ne sais pas quoi de vous venger pour votre meilleure amie, puisqu'elle ne me porte vraiment pas dans son coeur." je soupire, souris jaune "et je peux la comprendre, même si elle n'écoute pas, ce que je comprend aussi... mais chacune a vécu cette histoire d'un point de vue différent."

Je repose mon attention sur la route, et frémis, j'ai froid, puis le regarde de nouveau doucement, la petite est silencieuse à l'arrière je la soupçonne de tout écouter avidement.

"Mais je ne vous tiens en aucun cas responsable de ce qu'il m'a fait. A vrai dire, je n'ai aucune colère contre vous. J'en serais bien mal avisée." Je soupire "Mais j'ai interdiction de vous approcher, vous et votre fille." Je soupire encore, "Et je peux comprendre encore une fois. Même si, je crois que ça m'a navrée sur le moment. Et sans doute que ça me désole encore."

Je change mon regard de trajectoire. J'entend la petite me dire,

"Moi aussi, veux soleil!"
Revenir en haut Aller en bas

Patron du
Lounge Bar

avatar
I am
Mathias Toda

Masculin
✘ Messages : 119


MessageSujet: Re: En vacances, enfin! Et les ennuis continuent... Mathias   Mer 2 Sep - 10:43

En vacances, enfin!
Et les ennuis continuent...
Mathias & Isobel



« C’est rien »

Après être tout les deux attachés pour plus de sécurité en cas de soucis sur la route, je quitte mon emplacement ou je suis garé, prenant la direction de l’aéroport, je profite pour faire les présentations entre les deux filles et très vite Eli ne rate pas l’occasion de faire comprendre que je suis à elle, ce qui semble parfaitement lui convenir, à moi aussi d’ailleurs, on m’a toujours dis que l’amour d’une seule femme convenait à la vie d’un homme, avec Elisabeth je suis particulièrement comblé niveau amour à recevoir, mais malgré tout une présence d’une adulte féminine dans ma vie commence à manquer.

Je souris, en apprenant que ma voisine nommait son paternel de la même façon que ma fille le fait pour moi. Quand nos regards se croisent brièvement, je lui pose quelques questions concernant les vacances ou elle se rend, ainsi que le temps que cela durera. On a tous besoin de vacance, mais j’imagine que pour elle ça doit être encore bien plus, car un médecin n’a pas d’horaire fixe, mais à surtout beaucoup d’obligation qu’il faut faire face. J’apprends donc la destination de ses vacances et sa phobie.

« C’est sur »

Le silence retombe durant un cours instant, car je viens le brisait pour entamer une discussion que je ressens comme obligatoire entre nous. Depuis notre rencontre avec Bella et Kenzo, c’est carrément partie en vrille, elle m’avait reproché des choses, Bella aussi, me tenants tous, ou presque, quasiment responsable des conneries de mon ami alors que je n’avais rien à voir avec ses décisions et donc en aucun cas, c’était à moi de culpabilisé d’avoir rencontré Isobel en dehors de l’hôpital et cela, je voulais qu’elle le comprenne.

« Contrairement à Bella je ne vous tiens pas responsable des erreurs de Kenzo, vous étiez deux certes, mais apparemment il n’y avait que lui qui connaissais la vérité sur son couple, je ne suis pas du genre à me mêlais de la vie de mes amis, même si je suis très proche d’eux et même si je n’admets pas ce qu’il a fait, mais concrètement, ça ne me regarde pas »

Evidemment pour Bella c’était autre chose, car en Isobel elle voyait le pécher et uniquement cela, c’était une femme qui avait su faire craquer un homme en couple depuis des années, peut être qu’elle avait fait en sorte de le séduire, ou peut être que c’était Kenzo, mais quoi qu’il en soit est-ce qu’on peut la tenir responsable de tromperie, alors qu’elle n’était même pas au courant de l’existence de Bella ?

Isobel reprend, rappelant l’interdit qu’à imposer Bella, mais ça c’est quelque chose que je n’admet pas, personne n’a le droit de m’interdire de voir ou de parler à qui que ce soit. Les paroles de ma puce réclamant le soleil me fais sourire, alors avant même de répondre à Isobel, je jette un coup d’œil dans le rétro intérieur pour la voir.

« Faut te glissais dans la valise d’Isobel alors mon cœur »

Je souris, alors qu’arrivé à l’aéroport, je place la voiture sur un stationnement libre que j’ai eu un peu de mal à trouver, puis arrête le moteur, détachant ma ceinture pour me tournais un peu vers Izzie

« Isobel, ce que vous a dis Bella, je suis entièrement contre. Elle est mon amie certes, mais il est hors de question qu’elle impose des interdits à des personnes. Je n’ai rien à voir avec ses soucis qui ne concerne que son couple et aucunement moi. Je suis majeur personne ne m’impose ce que je dois faire ou non. J’aimerai vraiment qu’on reparte sur de bonne base vous et moi, qu’on oublie Bella et Kenzo »
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
I am
Invité



MessageSujet: Re: En vacances, enfin! Et les ennuis continuent... Mathias   Sam 5 Sep - 6:51

Je reste silencieuse quand il ouvre la bouche pour dire "c'est sûr". Quoi qui est sur? Ma phobie ? Ou le fait que je ne sois pas pressée ? L'un ou l'autre est véridic. Quoiqu'il en soit, je suis bien déterminée à dépasser ma peur de ces engins mécaniques de la mort, afin de pouvoir passer des vacances au calme et loin de San Francisco, ou tout n'est que chaos depuis quelques temps. J'aurais pu proposer à mon frère de venir, mais je pense que, de toute manière, il aurait refusé, il est bien trop accroc à Marley et je ne leur souhaite que du bonheur, je l'aime bien cette petite demoiselle, mais je ne peux m'empêcher de craindre le chagrin de mon frère au cas ou elle viendrait à disparaître. Penser à elle me fais réagir et me fais penser... Après tout, c'est quoi un vol en avion comparé à sa maladie? Allez... Je reste silencieuse, croisant quelques fois le regard de Mathias, et entendant la petite chantonner. Elle a l'air maline. Et est très jolie, même si je l'ai aperçu rapidement. J'imagine parfaitement que son père, patron de boite de nuit, au charme et au charisme saisissant n'avait pas choisi n'importe quelle femme. Je me demande cependant les rapports qu'il avait avec celle qui a fuit son rôle de mère.

Les silences qui nous entourent bien trop souvent à mon gout sont assez pesants, et me rappellent soit la situation pesante dans laquelle nous nous trouvons par ma faute, soit le moment fatidique qui approche quand je m'envolerais dans cette machine de la mort!

J'ai du mal à fixer Mathias, d'abord parce que je ne le connais pas, puis, reconnaître qu'il n'y aura jamais rien entre nous car une folle hystérique cocue la déclarer, c'est également reconnaître que quelque part, il ne me laisse pas indifférente, non?

Je l'écoute m'affirmer qu'il ne veut en aucun cas se mêler de la vie de ses amis, mais concrêtement, a t-il eu le choix? A cette pensée, je laisse échapper un

"Hmpf.." et secoue légèrement le visage. Puis doucement, honteuse de la responsabilité que j'ai pris en couchant avec Kenzo, j'ajoute "merci." Au moins, c'est clair, je sais ce qu'il pense de tout ça, et ma version, mon ressenti, il l'a eu quand je l'ai rencontré, la deuxième fois, dans le parc. Je repense à ce moment, à ce que je lui ai dit, et je me demande à quel instant il a fait le lien avec moi et son couple d'amis. Je rajoute, me sentant comme obligée de justifier,

"Je ne savais vraiment pas vous savez. Je le regarde."Qu'il était avec quelqu'un, prêt à se marier etc.." Je rosis un peu, mais rajoute "Mais par contre, jamais je n'ai posé la question. J'ai aussi mes torts. Car.. Je craignais la réponse." Et dire ça, c'es tpas reconnaître que tu tenais bien plus à lui que tu ne l'as prétendu?"

Je souris un peu,

"Pas évident ce genre d'histoire hein?"

Je regarde par la fenêtre, tandis que Mathias répond à sa fille. CA me fait un peu sourire. MAis je reste silencieuse, je n'ai rien à dire, et je ne veux pas perturber cette pauvre enfant. Une pensée plus mesquine qu'une autre le prête à sourire, songeant qu'avec la marraine assez tarée qu'elle a, j'espère que l'enfant à de bonnes bases psychologiques. Mais immédiatement, je me reproche ce sarcasme!

Je ne m'aperçois de notre arrivée que lorsque Mathias éteint son moteur. J'ouvre des yeux ronds et l'adrénaline de ma phobie rejaillit d'un coup. Je tourne le haut de mon corps vers lui, toujours attachée. Et l'écoute. Je souris à toutes ses paroles. J'aimerais qu'il ait raison, et pourtant, ses amis ont forcément de l'importance... Imaginez un peu les soirées entre amis après ça?!! Je dodeline de la tête, l'air songeuse.

"Votre relation avec cette femme, et ce qu'elle a le droit de dire ou non, c'est entre vous que vous devez imposer les limites. Oublier Bella et Kenzo.. " je souris jaune "si vous saviez.." Je secoue le visage puis le baisse, "Je ne demande que ça." Mes sourcils s'affaissent un peu, "Mais vous êtes leur meilleur ami, et quand j'ai compris ça, dans cette salle d'examen l'autre jour, j'ai compris que.. que quoiqu'il aurait pu " je baisse le ton de ma voix pour la petite aux écoutes "y avoir entre nous, à partir de ce constat la rien n'est plus possible." Et clairement? Ca me fais chier, mais je ne vais pas le lui avouer. J epousse un soupir, et, tremblante je détache ma ceinture. J'ouvre ma portière, mais avant de sortir, me retourne vers la petite, et lui adresse un sourire.

"Je veux bien t'ouvrir ma valise pour que tu viennes avec moi! Tu sais, j'aime pas trop les avions, tu aimes toi?"

La petite pousse un grand cri de joie, et je m'aperçois qu'elle a compris qu'elle venait. Je me retourne  vers Mathias qui est lui aussi sorti de sa voiture,

"Euh.. désolée?"
Revenir en haut Aller en bas

Patron du
Lounge Bar

avatar
I am
Mathias Toda

Masculin
✘ Messages : 119


MessageSujet: Re: En vacances, enfin! Et les ennuis continuent... Mathias   Sam 5 Sep - 16:53

En vacances, enfin!
Et les ennuis continuent...
Mathias & Isobel



Je l’écoute me parlais de cette relation qu’elle a entretenue avec mon meilleur ami, s’il avait une sacré part de responsabilité dans tout ça, elle se sentait elle aussi responsable de ne pas avoir posé les bonnes questions quand il le fallait, mais devait on la tenir coupable pour le tout rien qu’à cause du fait que peut être elle a eu peur de se priver d’une relation dont elle a ressentie le besoin à ce moment là ? Je ne suis pas dans sa tête, ni dans celle de mon pote, mais si quelque chose les avaient réunie et ceux à plusieurs reprise, c’est que cette relation devait leur apportais ce quelque chose qui manquer à la vie de chacune. Non ?

Quand j’étais avec Morgan, jamais je n’ai ressentie le besoin ou l’envie de la trompait avec une autre. Déjà de part son caractère, elle était assez chiante pour vous coupez l’envie d’en avoir une seconde, puis de plus j’ai toujours été raide dingue de cette fille, comme je pensais que c’était le cas de Kenzo vis-à-vis de Bella, mais en discutant avec lui, à l’hôpital pendant que Bella était encore dans le coma, j’ai aussi appris pas mal de chose sur son comportement, je ne dis pas que tout s’explique et s’excuse… mais en tant qu’homme qui dis que je n’aurai pas agis de la sorte si j’avais moi aussi ressentie cette sensation de rapidité et de changement soudain ?

« Ce n’est jamais évident… effectivement »

J’étais encore entrain de traverser les rues de la ville durant cette conversation entre moi et la jolie blonde à mes côtés. Je ne sais pas ce que j’attendais moi non plus de ce rapprochement avec elle, ni pourquoi j’avais ressenti ce besoin de mettre les choses aux claires, concernant notre rencontre et … peut on parler de relation alors qu’il n’y a eu qu’un verre pris ensemble ? Oui j’imagine que toute « relation » même amicale à un début de toute évidence.

La voiture arrêter sur le parking de l’aéroport, nous continuons notre discussion et j’en viens aux avertissements que ma meilleure amie lui a balancé à l’hôpital et a plusieurs reprises. Evidemment je n’étais pas d’accord avec ces paroles, car personne n’a a s’occuper de ce que je décide de faire ou de vivre, mais je comprenais bien sur les paroles d’Isobel sur l’avenir que tout cela réserverez à une relation tel quel soit. Mes yeux cherchent les siens quand elle affirme que désormais plus rien n’était envisageable désormais suite à tout cela.

Avant même que je ne dise quelque chose, je la vois se détacher et me tournais le dos, portière ouverte prête à quitter habitacle de la voiture, alors que son attention se pose sur ma petite tête rousse à l’arrière, qui la regarde avec un grand sourire. Son petit corps se me à remuer dans tout les sens quand elle comprend que nous aussi partons en vacance. Nous quittons alors la voiture et mon regard par-dessus le véhicule retrouve le sien.

« Vous avez envisagé un instant qu’il pourrait y avoir quelque chose… entre nous ? Est-ce que vous avez eu cette pensée avant… tout ça »

Mes mains remuent, alors que je ne me préoccupe pas tout de suite de la petite chanson de victoire et de vacance qui sort de la bouche de ma fille, que j’attends sans soucis car ma portière est encore ouverte et que je me tiens contre.

« Isobel, vous m’avez plus dés la première fois qu’on c’est vue, répondez moi que oui et je monte dans cet avion avec vous, pour vous montrez à côté de quoi vous êtes entrain de passer, tout ça pour un mec qui…. Bon sang Isobel depuis quand les gens vous dictes la conduite à suivre ? »
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
I am
Invité



MessageSujet: Re: En vacances, enfin! Et les ennuis continuent... Mathias   Dim 6 Sep - 12:43


Je suis dehors, dans ce parking souterrain qui amène au terminal de cet aéroport, qui lui même me mènera dans cet avion, ou je compte bien me shooter au somnifère afin de ne pas voir le décollage, le vol et l'arrivée. Ou même l'accident en cas de grosses tempêtes. Ces films aussi... Ils n'ont qu'à pas nous diffuser toutes ces tragédies survenues en avion, en train, ou même en vélo !! Puis je dirais également qu'en tant que médecin, j'ai assisté à bien trop de choses incongrues, pour prendre à la légère un vol en avion. Bref, chacun ses phobies. Moi la mienne est la, et bien trop présente. Pourtant, cette discussion avec Mathias me ferait presque oublier cette peur ancrée en moi.

J'ai du mal à laisser mes yeux dans les siens, il est assez persuasif comme homme, en plus d'être charismatique et attirant. Je crains de ne flancher et de ne transgresser les interdits identifiés par celle qui se prétend être sa meilleure amie. Que cette dernière me haisse, normal, et je porterais ce rôle toute ma vie. En revanche, qu'elle empêche son soi disant meilleur ami à vivre quoique ce soit, bien que çà ne soit plus possible, en mettant de côté la possibilité qu'il puisse être heureux, même si je n'ai pas la prétention de pouvoir permettre à quique ce soit d'accéder au bonheur, je trouve ça malsain de la part de cette femme.

Je me retourne vers Mathias, sa voiture entre nous, tandis que je referme la portière. Je me mords le coin de la lèvre à sa question.

"Non, j'ai pas dit ça, j'ai dit si... enfin... si 'il y avait du avoir quelque chose entre nous, plus rien ne serait possible..." vazy enfonce toi Izzie, voilà, parfait, comme ça!!

Je sens Mathias commencer à s'agiter, et il me repose sa question, si j'ai pu avoir ce genre de pensée avant tout ça, comme il l'appelle. Je souris mollement, et penche la tête sur le côté,

"J'ai pas dit ça, je suis pas le genre de femme à céder facilement... je crois que vous aimez surement un peu plus la facilité...sans vouloir vous offenser; mais je n'ai jamais été insensible à vos sourires."

Je lui en renvoie un et fais le tour afin d'aller chercher ma valise ranger dans le coffre de sa voiture. Je lui lance un regard, tandis que sa petite commence à gesticuler, toute heureuse de partir en vacances. L'innocence, jointe à ma bourde, elle est persuadée de venir... Je souris, m'excuse, mais Mathias n'y fait même pas attention, et il reprend sur sa lancée. Me laissant sans voix. Quand il me demande de lui dire oui, et qu'il me suit dans l'avion, je secoue le visage, n'y croyant pas un seul instant,

"Dites pas de paroles en l'air s'il vous plait... soyez sérieux... Vous savez même pas ou je vais" Je fronce un peu les sourcils, mais garde le rose aux joues à l'idée de savoir que je lui ai plût. Je referme l'habitacle du coffre, ma valise en main, et m'approche de lui, sa fille sautillant sur son siège. Je le corrige, secouant le visage, déterminée

"Les gens ne me dictent pas ma conduite comme vous dites, je... je veux juste arrêter tout ça, déconnecter, prendre du recul..."

Je relève le visage,fixe son regard pénétrant et murmure, après un délai de réflexion.

"Oui." Puis rajoute, doucement encore,

"Chiche." face à son regard. "Allez y, montez dans cet avions avec moi." Je fais quoi là?! C'est n'importe quoi. Je rajoute "Mais attention, en tout bien tout honneur. Il y a votre fille.... et je reste cette femme que vous ne connaissez pas encore. Et qui ne se laisse pas avoir si facilement. Disons que c'est une manière de nous découvrir loin d'ici. Et nous verrons bien au retour ?"

Je souris, et ajoute,

"Mais vous ne me découvrirez pas dans l'avion, je compte bien dormir les 6h de vol."

D'ailleurs, il ne sait toujours pas ou il serait prêt à se rendre avec moi.

HRP j'adore!



Revenir en haut Aller en bas

Patron du
Lounge Bar

avatar
I am
Mathias Toda

Masculin
✘ Messages : 119


MessageSujet: Re: En vacances, enfin! Et les ennuis continuent... Mathias   Lun 7 Sep - 10:12

En vacances, enfin!
Et les ennuis continuent...
Mathias & Isobel



Je ne sais pas ou je vais avec cette fille, mais j’ai l’impression d’y aller plus vite qu’il ne le faudrait. Est-ce que c’est grave de bruler des étapes quand une personne vous plaît ? J’ai déjà rencontré des filles qui m’ont plus et avec qui ça n’a pas été plus loin qu’une nuit, je ne suis pas du genre à revoir les femmes le lendemain, ok catalogué moi de salop si vous le voulait, mais je n’ai jamais ressentie ce besoin d’imposer qui que ce soit à ma fille. Pourquoi faire ? Pour qu’elle souffre une fois de plus quand cette femme quittera sa vie comme l’a fait sa mère ?

Pourtant avec Isobel…. J’ai envie de voir si c’est juste une attirance physique ou s’il pourrait y avoir un petit truc en plus. Alors quand on sort de la voiture, ma portière encore ouverte, je lui demande si avant toutes ces histoire avec Kenzo et Bella si elle avait envisagé vouloir me connaitre un peu plus, voir s’il pouvait y avoir plus…. Comme moi je l’avais clairement envisagé après notre premier tête à tête imprévue.

A sa réponse je sourcille, plus de facilité ? Oui sans doute… j’ai toujours apprécié ça depuis Morgan, pourtant quand j’ai rencontré cette médecin qui se trouve actuellement sous mes yeux, le fait qu’elle résiste, ne m’avais pas déplus bien au contraire. Alors qu’elle rejoint le coffre de la voiture, je ferme ma portière, de ce fait on entend vachement moins la chanson de ma fille, mais j’imagine qu’elle n’a clairement pas à entendre ce qui se passe entre son père et cette inconnue jusqu’alors. Je fais moi aussi le tour de la voiture, alors qu’elle me dit de ne pas dire des paroles que je ne pourrai pas tenir. Le coffre se referme sur un claquement et mon regard s’arrête sur le sien.

« Je n’ai qu’une parole, qu’importe ou vous allez, répondais moi et on vous suit »

Elisabeth ne serait surement pas contre cette idée, on entendant qu’elle-même avec la voiture fermait. Mon regard ne quitte pas cette jolie blonde quand elle prononce le mot « chiche ». Un léger sourire et un pouffement amusé et nerveux à la fois m’échappe. Elle veut vraiment me mettre au défi de la suivre ? Elle a du en rencontré pas mal des gens sans paroles pour en arriver là. Je remue légèrement la tête.

« Je n’ai pas pour habitude d’imposer qui que ce soit à ma fille, donc vous pouvez compter sur moi »

Mon sourire toujours aussi amusé reste sur mes lèvres, alors qu’elle m’annonce qu’elle compte bien dormir durant la totalité du voyage.

« Ca me conviens, alors j’ai hâte qu’on arrive… on va ou d’ailleurs ? »

J’écoute la destination de notre voyage, puis fais le tour de la voiture pour laisser échapper mon petit fauve qui sautille partout une fois les pieds sur le sol du parking.

« On part en vacance papou ? On Vaaaa en vaaaacanceeeee on vaaa en vaaacanceeee »

« Oui, mais avant ça faudrait peut être s’occuper du billet d’avion avant qu’il soit l’heure du décollage. L’avion part dans combien de temps Isobel ? »

Ely s’approche alors du médecin, tirant sur un bout du haut qu’elle porte.

« Héééé on vient en vacance, papou il me l’avait même pas dis »
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
I am
Invité



MessageSujet: Re: En vacances, enfin! Et les ennuis continuent... Mathias   Lun 7 Sep - 17:13


"Hawaii." Lui dis-je avec un petit sourire caché, et un peu intimidée.

En lui présentant ma destination estivale, je réalise qu'il s'agit du lieu le plus prisé pour les voyages de noces des américains, et je me trouve encore plus déplacée dans le sujet. Je rosis un peu plus et regarde ailleurs. Je ne connais pas cet homme, je pense qu'il a déjà pas mal souffert, et que, bien que j'ai perçu son sourcil relevé quand je lui ai parlé de ses relations faciles, il ne mérite ni d'être jugé sur ce qu'il fait avec les femmes, ni de souffrir.

Pour ma part, je pense avoir assez cumulé de souffrance pour en supporter d'avantage. Pourtant, cette idée de ne plus partir seule mais accompagnée de lui, en tout bien tout honneur, me plait étrangement. Non pas que je projette de le séduire, je compte tout autant lui résister. Mais, je ne sais pas, cela nous permettra de nous connaître loin d'ici, et cette idée est plaisante. D'un autre côté c'est surement à double tranchant : soit on se plait et ça se confirme durant notre voyage, et advienne que pourra en revenant. Soit on devient ami et plus rien n'est possible. Soit il ne supportera mon côté maniaque qui se lave les mains plusieurs fois par jours, réflexe de médecin, et je ne supporterais pas son défaut le plus gros, que j'ignore encore. Bref, si nous nous élançons, nous le faisons dans le plus total inconnu...

Refermant le coffre, je le vois arriver aprèsd avoir claqué la portière de sa fille, qui a entamé une chanson plutôt entrainante et enfantine, faisant suite à ma bourde. Je la regarde amusée, alors que son père n'y prête même pas attention, et pointe du doigt mes paroles. Je bafouille légèrement, et m'en agace, je déteste perdre légèrement mes moyens.

Ses regards dérivent entre moi et sa fille encore en train de gigoter dans la voiture. Les regards qu'il lui envoie sont clairement paternels. Ceux qu'il m'adressent sont... je ne saurais pas vraiment comment les décrire. Un mélange de challenge a relevé, et de jeu de séduction, qui est, ma foi, plutôt agréable à recevoir. Je me doute que s'il s'engage vraiment à suivre son idée, et à me prouver qu'il n'est pas du genre à déclarer des paroles en l'air, ce voyage ne sera peut-être pas de tout repos avec sa fille. Surtout si elle est aussi surexcitée comme ça à longueur de temps. D'ailleurs, y a t-il un mode pause?! Je l'espère un peu. En fait, je me demande dans quoi je viens de m'engager, autant près de lui que de cette petite perle rousse bien agréable.

Je le vois rire, quand je le met au défi, et je sourcille un peu,

"Quoi?? Beh quoi?" J'ai l'air un peu naive, aussi, je rajoute, "J'imagine seulement que vous pensez me mettre au défi, mais c'est vous qui quittez la gérance de vos boites , tout ça pour partir avec une...avec moi., pas l'inverse..."

Je secoue la tête et la tornade enfantine sors de la voiture, sous mes regards amusés, mais impressionnés aussi. A oui... effectivement, elle est pleine de vie. Et c'est agréable à voir, mais j'ai cumulé tant de fatigue ces derniers temps que... oui, j'ai besoin de dormir! Je lui demande, en riant à moitié,

"Rappelez moi, elle a quel âge?"

Je souris encore et sur le ton de l'amusement, demande, loin d'être dégoutée par sa fille,

"Rassurez moi, il y a un bouton off ou non?"

Je rajoute, pour moi,

"Si c'est le cas, j'utiliserais bien le même d'ailleurs!"

J'observe Mathias qui me demande à quelle heure part mon vol. Je sors mon billet de mon sac à main, et l'observe.

"Dans une heure et demie"

Je vois son regard amusé.

"Quoi? Oui j'aime avoir de l'avance et puis... bon, il fallait que je me mette en condition le temps d'avancer jusqu'à l'aéroport, vous contrariez tout mon planning psychologique là!"


Je ris un peu, puis baisse le visage vers la petite qui tire mon haut. Je jette un coup d'oeil à son père, comme pour avoir l'autorisation, puis m'accroupis vers la petite, et la regarde, sans rentrer en contact tactile avec elle. D'une voix plus douce, et plus adressée au public qui m'écoute avec des yeux ronds comme des billes, je lui dis,

"Oui, je crois que lui non plus il ne savait pas." J'évite de le regarder. "Mais tu sais, moi aussi je serais là. Tu voudras bien dormir dans la cabane en bois qu'il y aura là ou on vas?"

Elle me répond, en chuchotant, de sa voix de souris adorable,

"oui, mais papa, il dort avec moi hein? Tu me le pique pas."

J'ouvre de grands yeux faussement choqués,

"Quoi? A non,quelle horreur et toi tu me pique pas mon doudou?"

Intéressée et soulagée, la petite me demande de lui montrer. Moi je me demande si elle a croisé beaucopu de femmes au cou de son papa.

"Si t'es sage," lui dis-je sur un ton de malice."On y va, sinon tu pourras pas monter dans l'avion et me rassurer!"

Avec l'aide de quelques cachets!! Je me relève, réajuste mon sac, et attrape ma valise. Nous montons, et atterrissons dans le terminal. Nous nous dirigeons vers la borne pour les billets, et Mathias et moi nous battons pour que je puisse payer au moins la moitié de ses billets de ce voyage imprévu.

"Sérieusement, laissez moi . Au moins celui de la petite. Si vous refusez, je prend pas mes cachets, et vous aurez la marque de mes ongles incrustés dans votre peau a cause de la peur, à vie!!"


Je lui lance un regard de défi, et nous finissons par nous mettre d'accord. Je m'éloigne un peu, et reviens avec quelques sacs, alors que Mathias et l'hôtesse nous presse. Je lui envoie un regard provocateur,

"Et votre fille, elle part sans rien?!!" Je secoue la tête, et fourre toutes les petites jupes, tee shirt un pull, quand même, et maillot de bain, dans ma valise, qui n'est pas encore partie en soute. Et ça n'est pas ses affaires qui prennent le plus de places... Je rajoute, en laissant partir ma valise,

"Vous par contre, vous vous débrouillez!" Je souris, et tire la langue, alors que l'on nous fait courir dans le passage pour aller nous installer dans l'avion. Une fois à l'intérieur, on nous désigne trois places au milieu et côte à côte., l'hôtesse s'est arrangée pour nous positionner côte à côte.

La petite tête rousse se relève vers moi puis vers son père.

"Moi veux être à côté de toi."

Je lui souris. Je m'installe alors à la place la plus à gauche, sa fille entre nous deux. Mon sourire disparait quand l'avion s'engage sur la piste. Merde, mes médicaments! Je fouille mon sac effrayée, et les fourre dans ma bouche. Mais avant qu'lis ne fassent effet, nous serons déjà en l'air. Je m'aggrippe aux accoudoirs, prenant soin d'éviter de blesser la petite qui elle, est super contente. Moi, je suis blanche, et suis tétanisée. Je dois avoir l'air fine ...

"J'vous interdis de vous moquer" dis-je à Mathias sans désserrer les dents. Je crois que nous devrons continuer à nous découvrir. Mais pas maintenant. Je finis par m'endormir, alors que la petite me caresse le bras en me chantant des chansons douces pour me détendre.


HRP je te laisse passer rapidement sur le vol, et l'arrivée pour qu'on arrive dans l'espèce de hutte de luxe XD
Revenir en haut Aller en bas

Patron du
Lounge Bar

avatar
I am
Mathias Toda

Masculin
✘ Messages : 119


MessageSujet: Re: En vacances, enfin! Et les ennuis continuent... Mathias   Mer 9 Sep - 10:47

En vacances, enfin!
Et les ennuis continuent...
Mathias & Isobel



Hawaii… la destination de nos vacances imprévue venait d’être prononcé par cette jolie blonde qui nous accompagnes, ou plutôt qu’on accompagnait normalement jusqu’ici pour la laissait ensuite s’envoler, mais la situation avait pris une direction tellement différente et imprévue. L’imprévue j’adore et j’ai l’impression que cela plait plutôt pas mal à ma fille aussi, qui se fais plaisir à chantonner qu’elle part en vacance.

Aux yeux des autres qui passe à notre proximité, on doit tout de même avoir l’air un peu con à se mettre au défis et à prévoir des vacances de dernier minutes, je pense même que ça doit être incompréhensible comme discussion, vue de l’extérieur. Mais tout cela moi, me fais sourire et ce sourire il lui est dédié à cette fille qui se trouve à proximité de ma voiture, bagage à la main, alors que pour moi, ma seule bagage c’est ma fille.

« J’ai une bonne équipe, ils savent se débrouiller sans moi »

Je lui adresse un sourire, elle me répond, mais j’ai l’impression que à ce moment encore elle doute que je sois capable de la suivre aussi facilement que ce que je viens de lui dire. Puis je libère la petite Ely qui sautille de joie, une véritable boule de nerf qui ne fonctionne malheureusement à la pile alcaline qu’on peut laisser décharger et reprendre plus tard.

« Un peu plus de 2ans… mais malheureusement non ce bouton n’existe pas »

Je pouffe de rire amusé, mon regard sur cette petite tête rousse qui est déjà bien trop excité et je me dis que les heures d’avion ne vont rien arrangé du tout. Je demande alors à Isobel pour quel heure décolle l’avion et sa réponse me fais sourciller, mais déjà elle se défend au sujet de…. Je ne sais pas si on peut encore appeler ça de l’avance.

« Au moins j’ai bien assez de temps pour acheter les billets d’avion »

Je ris, alors qu’Ely trouve le moment idéal pour ramenait l’attention sur elle, j’observe les deux se parler, alors que la petite rouquine ne tarde pas à inclure ses règles me concernant, ce qui m’amuse uen fois de plus, même si je me demande comment tout ça se déroulera le jour ou j’aurai vraiment une femme dans ma vie. Est-ce qu’il y a des étapes à suivre ? Faudrait peut être que je me documente sur le sujet ? La réaction et la réponse d’Isobel me fais sourire, alors qu’Elisabeth semble beaucoup plus rassuré de savoir que c’est elle qui bénéfiera de ma présence et non pas cette sublime blonde qu’elle a sous les yeux. On avance alors vers l’aéroport, alors que la discussion des filles continue au sujet du doudou. Une fois dans le terminal, on se retrouve dans la file d’attente pour acheter les billets d’avion pour Ely et moi… ; un coup de tête et nous voila dans un avion ! Qui l’aura cru ce matin quand on sortait à peine de notre lit ?

Alors qu’Isobel trouve toutes les excuses possible et imaginable pour payer la moitié de notre trajet, je lui refuse, puis finalement j’abandonne quand elle souhaite payer la place de ma fille.

« Et n’allais pas croire que j’ai eu peur de vos menaces »

Je ris, elle aussi, c’est tellement agréable. Pendant que je termine de payer ce que je dois pour l’avion, Ely et Isobel s’éloigne, c’est un peu plus tard que je les rejoins et je découvre la blonde avec quelques vêtement… enfant ? Je doute que ce soit pour elle… qu’elle glisse dans sa valise.

« J’aurai trouvé ce qu’il faut sur place vous savez»

Je soulève légèrement ma main en direction d’Ely et lui montre les billets que j’y tiens, alors que celle-ci sautille comme un bébé kangourou, mais déjà l’hôtesse nous les réclament et nous fais entré dans le tunnel qui nous conduit jusqu’à l’immense avion qui n’attend plus que l’ensemble de ses passagers pour rejoindre sa destination.

« Quel délicate attention, au pire des cas je resterai en caleçon pendant l’ensemble des vacances »

Je me mets à rire, puis une fois dans l’avion Elisabeth fait savoir qu’elle veut se mettre entre nous… rien d’étonnant au final. J’adresse un sourire à Izzie en lui faisant savoir que je n’oserai surement pas me moquais, même si mon sourire en dit long c’est vrai. Mais heureusement pour nous, l’ensemble du vol se déroule à la perfection. La petite Ely s’endort sur le trajet et j’imagine que c’est aussi bien, même si ça promet encore quelques heures d’hyperactivité à notre arrivée. Je pense mettre moi-même assoupie en route, tout comme Isobel. Mais lors de l’atterrissage, chacun de nous est déjà éveillé. Nous quittons l’avions et une navette nous prend en charge pour nous menais directement, là ou Isobel à décidé de passer ses vacances. Finalement, l’idée de débarquer à l’improviste c’est vraiment pas mal. On nous largue devant une hutte immense, ou Isobel se présente pour recevoir les informations sur la hutte que nous allons intégrer, mais déjà ce que je découvre me plais, puis un homme du pays nous conduis à celle qui sera notre pour plusieurs jours. Combien d’ailleurs ? Quand la porte s’ouvre, c’est vraiment l’endroit idéal pour les vacances, avec vu et accès direct sur un coin de mer rien que pour nous.

« Hey bien autant dire que vous ne fais pas les choses à moitié quand vous partez en vacances »

Je souris, dépose la valise d’Isobel dans un coin de la hutte, puis me redresse, alors qu’Ely fini par se laisser tomber dos contre le fauteuil.

« C’est crooo beauuu »

Puis elle se relève et cours à travers la hutte les bras en avion, en poussant des petits cris qui m’amuse…

« Hum… je pense qu’elle va avoir besoin de s’exprimer après l’avion »


La hutte : http://images.forwallpaper.com/files/thumbs/preview/98/988714__island-hut_p.jpg
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
I am
Invité



MessageSujet: Re: En vacances, enfin! Et les ennuis continuent... Mathias   Mer 9 Sep - 12:28

Je souris et ris doucement quand il m'affirme, sur un ton ironique et amusé, qu'il resterait en caleçon pour le reste de ses vacances. Je sourcille un peu. Déjà que je ne le pensais pas capable de partir comme ça, sur un coup de tête, avec sa fille et moi, alors... je l'imagine tout à fait capable de mettre ses paroles de nouveau en action concernant ses tenues vestimentaires.

"Pitié, si c'est le cas, dites le moi, que je ne vous approche pas, j'ai horreur des mauvaises odeurs!"

Je souris de nouveau ces taquineries sont de bonne guerre. Je ne saurais pas dire pourqoi, mais j'ai l'impression que ces vacances prennent une tournure encore meilleure que celle de départ. Je n'ai rien laissé au hasard. La destination, l'endroit, j'avais vraiment envie de me dépayser et de me faire plaisir. Rapidement, nous nous installons dans l'avion, la petite Ely au centre, et, alors que j'ai la sensation que je vais tourner de l'oeil au décollage qui me remue tout à l'intérieur, l'enfant me prodigue des caresses qui m'enveloppent. Je m'endors avec et ne vois rien du reste du voyage, je me suis shootée assez pour ne me réveiller qu'après. Sauf que voilà, une voix annonçant l'arrivée et l'amorçage de la descente me réveille. Je sors de ma torpeur, mon plateau repas toujours devant moi et plein. Comment manger en plein vol?? Je serre les accoudoirs, et regarde devant moi, alors que la petite s'amuse à regarder un film sur l'écran devant elle. Je ferme les yeux, et ne les rouvre que quand l'hôtesse me demande de lâcher les coussins sur lesquels je me suis aggrippée. Je souris, gênée, puis me relève, attrape mon sac à main, et sors de la rangée. Mathias sort du sens inverse et la petite me suit. Mal à l'aise, je regarde son père, je préfère attendre sa bénédiction, je ne sais pas quelles sont ses approches avec les femmes qu'il côtoient et sa fille. Avec le monde, je préfère tendre la main à la petite, qui à l'air ravie.

Rapidement, nous récupérons mon bagage, ce qui me fais de nouveau rire et taquiner Mathias, puis une navette nous emmène à trente minutes de route de l'aéroport. Lorsque nous descendons du minibus, je met quelques minutes, devant cette hutte splendide. Sur la photo, ça ressemblait à une carte postale. Mais la chaleur, la bonne odeur de mer qui trône ici, bref, le voir en vrai... ça en valait vraiment le coup. Nous nous dirigeons, et quand Mathias me fait remarquer que je ne fais pas les choses à moitié, je souris, l'observant poser ma valise sur le lit.

"En fait, c'est la première fois que je pars depuis que j'ai commencé mes études de médecine, je voulais vraiment marquer le coup. Puis j'avais besoin d'un dépaysement total!"

La petite court partout, observe toutes les pièces, mais oui, il n'y a qu'un lit, comme elle le fiat remarquer à son père. Je souris,

"Ne t'inquiète pas Ely, tu dormiras avec ton papa dans le grand lit, et moi j'appellerais les gens qui s'occupent d'ici, pour qu'ils nous amène un matelas, j'adore dormir par terre."

Je me relève, et face à la gêne de son père, je rajoute,

"Vous allez pas dormir à deux sur un petit matelas, et croyez moi, je suis habituée à dormir n'importe ou."

Je décroche le téléphone, tandis qu'Ely murmure à son doudou qu'elle voudrait bien dormir sur un matelas aussi. Je l'observe, attendrie, mais ne songe pas que si, ce soir, elle demande à dormir au sol, la situation sera encore plus gênante pour Mathias et moi. j'informe le room service déployé que j'aurais besoin d'un matelas, et d'un repas pour trois personnes pour le soir même, puis raccroche et ouvre ma valise. Là, je range mes affaires dans un coin d'une armoire, et celles de la petite dans une commode. Je me redresse, alors que Mathias m'affirme qu'elle va avoir besoin de se défouler. Effectivement, la voila en train de pousser des cris partout, en courant et sautant sur le canapé et le lit. Au secours!

"A oui... elle est pleine de vie... c'est bizarre vous qui paraissez si ... plein d'assurance et de réserves, elle casse tout de suite le côté je ne me lâche jamais!"

Je souris, puis appelle la petite Ely, lui tendant son petit maillot de bain. Je m'enferme dans la salle de bain, enfile mon maillot et ressort, alors que la petite s'empêtre dans ses vêtements qu'elle retire.

"Beh alors, Ely, t'es pas prête??"

Je regarde Mathias," vous non plus, je vous avais dit qu'un caleçon pour toutes les vacances ça risquait d'être juste."

Je l'observe me provoquer et il retire ses vêtements, restant en boxer, d'un oeil malin. Je lève les yeuxc au ciel, mais quand je lui fais dos, je rosis et me mord la lèvre, puis file sur les marches qui surplombent la mer. La, je les attend, et quand ils me rejoignent, je regarde Ely qui semble devenir folle de joie, mais un peu apeurée aussi. Je lui donne la main, elle fait de même avec son père.

"Ok; à trois. Un.. deux... .. TROIS!" à ce signal, nous sautons dans l'eau, et quand j'en ressors, la petite est contre son père, riant aux éclats. Je ris avec elle, et la regarde, si proche de son père. L'eau me saisit, mais n'est pas froide, c'est tellement agréable... Et je ne suis pas seule pour en profiter, ce qui est encore mieux. Je jette un coup d'oeil à Mathias, qui est tellement plein de charme. Mais j'ai la sensation qu'avec sa fille, il met de côté le numéro de séducteur, pour être lui même. Je me demande toujours si c'est une bonne idée tout ça, le fait qu'il soit là avec elle, si ça ne va pas la perturber. Elle est adorable, parfois, un peu timide envers moi aussi à certains instants mais c'est normal. Première fois que je la rencontre et nous partons en vacances, il y a de quoi se méfier de moi. Je fais quelques brasses, plonge remonte, jette un peu d'eau et me défend quand Ely et son père m'envoie de grosses rafales.

"Ca fait du bien, non?"

Je ramène mes cheveux en arrière et soupire. Le soir tombe, mais il ne fait pas froid. Hawaii, plage, hutte de luxe, les vacances commencent. Je finis par remonter sur le strapontin, et m'enroule dans une serviette. Je m'assied au bord, en les regardant tous les deux, songeuse, me demandant ce qu'il va se passer par la suite, et les menaces de Bella m'inquiètent quelque peu.

tenue : http://cdn-premiere.ladmedia.fr/var/premiere/storage/images/public/photos-people/photos-eva-longoria-katherine-heigl-paris-hilton-avec-leurs-maillots-elles-voient-la-vie-en-rose/katherine-heigl-deja-plus-a-son-avantage-/26627186-1-fre-FR/Katherine-Heigl-deja-plus-a-son-avantage-_portrait_w858.jpg
Revenir en haut Aller en bas

Patron du
Lounge Bar

avatar
I am
Mathias Toda

Masculin
✘ Messages : 119


MessageSujet: Re: En vacances, enfin! Et les ennuis continuent... Mathias   Mar 15 Sep - 18:52

En vacances, enfin!
Et les ennuis continuent...
Mathias & Isobel



Lorsque nous arrivons sur place, je suis agréablement surpris de la réservation qu’elle avait faite à son nom. Pas que je mettais en doute quoi que ce soit, mais c’est si grand, beau, bref c’est vraiment un décor de carte postale. J’écoute son explication et immédiatement je comprends sont point de vue, moi aussi je suis du genre à marquer le coup chaque fois que je pars, ça n’arrive pas tout les jours, alors autant en garder un bon souvenir quand ça se produit.

Ely, à la façon d’un avion, fait le tour de la hutte ou nous installons nos affaire, enfin surtout Isobel, pour moi c’est un peu plus… simple, vu que je n’ai rien avec moi. Mais très vite elle revient, intriguée par le nombre de lit qui se trouve dans la hutte. Je n’ai pas le temps de lui répondre, qu’Isobel le fait pour moi, annonçant qu’elle dormirait par terre. Je tourne alors la tête dans sa direction en reprenant.

« Quoi ? Non ! On c’est invités, on était pas du tout prévue, il est hors de question que vous dormez parterre »

Mais elle insiste en précisant que de toute façon ce n’était pas possible d’être deux sur un matelas de dépannage, bon d’accord sur le coup j’avais pas du tout pensé à ça. Alors je la laisse passer son coup de téléphone ou elle demande un matelas en plus, ainsi que les repas. Elisabeth elle… prend possession des lieux avec ses cris, une façon différente, mais qui semble lui convenir et d’ailleurs Isobel revient et… remarque la petite boule d’énergie qui se fait entendre.

« A bon ? avec des enfants c’est un peu compliqué d’être toujours sur la réserve… surtout avec Ely »

C’est ce sourire totalement crétin quand je regarde ma fille, comme un lover en quelque sorte, d’ailleurs je me demande quand j’ai regardé une fille avec autant d’amour pour la dernière fois, limite je me demande si c’est déjà arriver une fois. Quand je relève la tête vers cette jolie blonde qui nous accompagne, elle donne justement un petit truc que je pense être un maillot de bain à ma fille. Je sourcille et quand elle s’enferme dans la salle de bain, Ely s’empresse de me rejoindre pour que je l’aide, mais Izzie revient avant même qu’on est fini, sérieusement c’est quoi ce maillot de bain ou tout se croise dans le dos !?

« Faut dire qu’il a l’air bien mignon le maillot, mais avec moins de… tout ça » dis je en montrant le dos « on aurait fini depuis un bout de temps »

Puis elle remarque ma tenue alors qu’enfin je crie victoire en ayant fini de mettre les ficelles correctement dans le dos d’Ely.

« Faudra penser à me le lavais ce soir sinon ça va être juste c’est vrai »

Je lui fais un petit clin d’œil amusé en jouant mon macho, mais c’est juste pour la taquinais un peu, car je ne réagie pas comme ça en tant normal. Je me lève du fauteuil et commence à me déshabillais, pourquoi aller à la salle de bain, vu que de toute façon ma tenue est déjà sur moi. J’ai le sourire quand je la vois partir en faisant comme ci de rien, puis la rejoins à l’extérieur, attrapant la petite main de ma fille, qui tient Isobel de l’autre.

On attend alors son signal et tout les trois, nous sautons dans l’eau, je ne lâche bien sur pas ma fille et très vite quand nous ressortons la tête de l’eau, elle passe ses petits bras autour de mon cou en riant alors que l’eau dégouline sur son visage tout mignon. Izzie profite un instant, alors qu’Ely me demande de la rattrapait chaque fois qu’elle saute dans l’eau. Quand la jeune femme blonde nous rejoint, je montre à ma fille comment l’arrosait et autant dire qu’elle s’en donne à cœur joie.
J’installe Ely sur le bord en bois d’où nous venons de sauter, profitant chacun de ce petit moment de détente.

« Oh oui… qui aurait cru que je finirai ma journée à Hawaii »

Je me mets à rire et Ely fait de même, alors qu’elle saute dans l’eau de nouveau, une fois Isobel hors de l’eau. On reste comme ça un moment, avant que nous sortions de l’eau. La petite Ely se retrouve rapidement sous une serviette grâce à celle qui nous a permis de partir en vacance.

« Ça T’ennuierai de la gardait le temps que je vais à l’entrée voir ou je peux trouver des fringues ? Sinon je vais être obligé de me promenais nue, mais je ne voudrais pas choquer ma fille »

Je lui adresse un large sourire, puis quand elle accepte je m’éclipse pour trouver des vêtements.

Hrp : je t’abandonne un instant avec ma fille, mais n’annonce pas tout de suite mon arrivé, car je voudrais ramener une petite surprise et je ne voudrais pas tout noter dans cette réponse ci ?!


Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
I am
Invité



MessageSujet: Re: En vacances, enfin! Et les ennuis continuent... Mathias   Mer 16 Sep - 9:30


J'ai envoyé un regard assez équivoque à Mathias quand il a tenté de protester sur le mode de couchage. Un enfant, et un homme, sur un matelas de dépannage? Bon d'accord, j'ai réservé mes vacances dans quelque chose de paradisiaque, ce qui me laisse à penser que même le matelas qui sera au sol me fera me sentir comme sur un nuage... Je souris à cette pensée, et n'entend plus la petite qui indique à son doudou que s'il le veut, elle acceptera de dormir avec lui dessus. Puis, je la vois tourner en rond, faire l'avion. Je n'ai plus de souvenirs de moi à cet âge ci, alors forcément, ça m'amuse, et m'étonne aussi. Je suis loin d'avoir cette vie de mère, d'ailleurs, j'ignore si je serais capable d'en faire une bonne... Je capte le regarde que ce père envoie à sa fille, pleins d'amour, de bons sentiments, et ça me touche en quelque sorte. Je vois, à travers ce regard, le même regard que mon père m'envoyait, lorsque qu'il m'emmenait au match, et qu'il me prêtait sa casquette.

"C'est certain... Elle dériderait le plus gros iceberg de l'antarctique!"

Je répond en la regardant toujours s'amusée. Puis je prends la décision de trouver une occupation pour la défouler, et quoi de mieux que se plonger dans cette eau merveilleuse et si claire?! Je file dans la salle de bain afin de me changer, et quand j'en sors, je vois le père essayer de se dépatouiller avec ce beau petit maillot de bain, qu'il dit ne pas être pratique. Je me mords la lèvre,

"A oui, euh désolée, c'est pas le genre de trucs auxquels je pense moi..." Je n'y suis pas habituée...

Je me retourne en rosissant légèrement lorsque je vois se démunir dans son beau costume pour atterrir dans un tout autre look : celui du torse nu boxer. Je vous passerais les détails concernant tous les efforts du monde que j'ai du faire pour ne pas faire aller mes yeux de son visage, à son torse, à son unique bout de tissu... Heureusement pour moi, l'eau du PAcifique va me remettre les idées en place, ou au moins me les rafraichir!

Je ris encore de la façon dont, victorieux, il est venu à bout des croisements de ficelles du petit maillot de bain. Quand il m'affirme qu'il faudra que je lave son unique boxer, j'ouvre de grands yeux,

"Haha...oui mais non! même pas en rêve!"

Il me prend pour une femme de ménage ou quoi? Je sais qu'il rigole, mais je lui envoie un regard très explicite, et quand je vois le sien être désolé, le mien s'écarquille, malicieux, de nouveau! Je l'ai bien eu!

Après avoir sauté, jeté de l'eau les uns sur les autres, je fais quelques brasses pendant que Ely et Mathias profite d'un moment père fille auquel ils ne s'étaient pas attendus en se levant ce matin. Puis je remonte sur le strapontin, m'enroule dans ma serviette, jambes dans l'eau, et les observe, jusqu'à ce que Mathias ramène sa fille au bord. J'observe Mathias, cheveux mouillés et en arrière. Il a son charme bien à lui, c'est indéniable. Je le fixe un instant, en me mordant la lèvre.

"C'est certain que ça.. c'était imprévisible! Vous le saviez quand vous êtes passé dans ma rue en fait!" dis-je pour le taquiner.

Il fait beau et bon. Il y a un certani décalage horaire entre San Francisco et ici, mais je n'ai pas envie d'y prêter attention. Dans la grande ville, nous serions déjà couché, ou sur le point de nous allonger. Mais la, c'est encore l'après midi, et j'ai envie d'en profiter!! Ely dégouline sur la terrasse en bois, et je confie une serviette à son père qui l'essuie et l'emmitoufle. Puis la petite tête rousse agréable me regarde, et, l'oeil brillant, m'imite, s'installant au dessus de l'océan, mais ses petites jambes n'atteignent pas l'eau. Je souris face à son expression, puis me retourne quand Mathias reprend la parole.

"Hein?"

Ah... il veut que je garde sa fille.. Ben c'est qu'il a confiance. Avec Aiden, je n'ai jamais eu le choix, mais là c'est un autre contexte .. c'est la fille d'un homme qui vient de me demander de le laisser me prouver que tous les hommes ne sont pas à l'image de Kenzo, et qui m'a affirmé qu'il me suivrait si je lui avouais que j'avais eu des pensées au sujet d'un "nous" qui n'avait jamais existé. Des films, j'étais la reine pour m'en faire, il n'y avait qu'à voir avec Kenzo!!

"Oui, j'espère juste que.. enfin, y a des choses à savoir, pas dire, pas faire?"

Je regarde la petite tête rousse,

"Moi ze viens papaaaaa!!!"

Ok, en plus, elle n'a pas l'air ravie de rester... Je jette un coup d'oeil à Mathias, qui a l'air d'hésiter, sans doute a cause de mon embarras et le refus de la petite. Je me lève à mon tour, et m'approche de l'enfant.

"Ely, s'il te plais, tu veux bien rester avec moi? Je suis pas très forte en enfant, moi, je connais que les docteurs, tu peux m'apprendre moi?"

"Docteur?! Moi aussi veux apprendre docteur!"

Je souris.. je fais un mouvement de tête à Mathias qui s'éclipse discrètement. Puis je repose mon attention sur la petite fille, adorable, que l'eau semble avoir apaisé. Elle me sourit, puis me demande,

"Tu l'aime mon papa?"

J'écarquille les yeux, les enfants et leurs instincts naturel...

"Quoi? Oh non.."

Ses yeux deviennent triste,

"Pourquoi tu l'aime pas, il est gentil lui!"

"Oh, mais je veux dire, si je l'aime beaucoup mais..."

"Ahhh moi aussi. Doudou aussi..."

Est ce qu'elle est en âge de savoir ce qu'est aimer et aimer vraiment? Je suis loin de ce stade là, il m'attire c'est vrai. J'ai imaginé une suite avec lui? Pas trop loin, mais c'est vrai aussi. Vaut mieux abandonner le sujet. La petite me demande alors de lui apprendre à être docteur. Je me débarasse de ma serviette et m'allonge sur le canapé en osier de la terrasse, et elle s'amuse, tout sourire à m'appuyer à différents endroits du corps. Elle finit par me chatouiller, et ça se termine parfois en bataille de guilis, puis de nouveau sérieuse, elle "m'ausculte" à son tour. Un instant, elle s'interrompt, puis me dévisage et me demande,

"Tu as une maman toi?"

Gloups.... alors là... je fais quoi?!

"Oui, j'ai une maman."

"Pas moi."

Et à la façon dont elle me sort ça, si triste, si désemparée face à ce constat, j'ai le coeur qui se serre. Je me penche vers elle, et lui avoue,

"Mais tu sais, j'ai pas de papa. Et le tien, il me fait penser à celui qu'était mon papa quand j'étais petite toute petite comme toi."

Je ne sais pas pourquoi, ni si la soulage, mais, ravie d'entendre un aveu, la petite me sourit, se frotte les yeux, et de ses petits bras, entourent mon cou. Je fonds.

Revenir en haut Aller en bas

Patron du
Lounge Bar

avatar
I am
Mathias Toda

Masculin
✘ Messages : 119


MessageSujet: Re: En vacances, enfin! Et les ennuis continuent... Mathias   Jeu 17 Sep - 15:21

En vacances, enfin!
Et les ennuis continuent...
Mathias & Isobel



[b]« Oh vous en êtes pas encore là, n’exagérais pas »

Je la regarde moqueusement, alors qu’elle parle d’iceberg à déridait, puis mon rire se fait entendre dans la pièce, avant qu’elle aille se changer et revienne, alors que je me trouve être encore en pleine galère de maillot de bain avec ma petite puce haute comme trois pomme, qui me fais carrément craqué depuis le jour de sa naissance. Je crie victoire quand enfin je me dépatouille du cadeau empoissonné de mademoiselle, qui elle semble s’en vouloir de ne pas avoir vu le côté pratique avant la beauté du maillot. Mais une fois encore je lui adresse un sourire et en profite pour la taquinait en parlant de mon caleçon, seul et unique vêtement que j’ai avec moi pour ces quelques jours de vacance.

Quand elle me répond, je pense l’avoir vexé, mais je me rends vite compte, que c’était une taquinerie de plus, je lui fais alors savoir que c’était mérité, surtout après le coup du iceberg et je me mets à rire, la suivant jusqu’au bord de la cabane, d’où nous sautons tout les trois pour rejoindre l’océan, plus bas sous nos pieds. Nous partageons un moment d’amusement, de joie, de rire… ça fais du bien à entendre, mais surtout à vivre. Nos dernières vacances avec Elisabeth ? Je ne sais pas si on en a véritablement eux de vrai, loin du travail et tout ça, car chaque fois on partait dans des destinations ou je me rendais pour le travail et elle était plus souvent avec sa « nounou » que moi… mais pour elle c’était malgré tout des vacances, car loin de sa maison, puis je cède toujours à ses caprices, alors…
Mais c’est vrai que ce moment n’a rien à voir avec les autres… il est génial et magique de part l’endroit ou nous sommes.

Après avoir passer un bon moment dans l’eau, Isobel en sort, puis ensuite c’est à notre tour à Ely et moi. Mais avant que la journée s’achève, il faut malgré tout que je pense à me trouvais des vêtements pour les jours à venir, alors je demande à Isobel si cela la dérangerais de surveiller ma fille un instant, j’aurai pu la prendre avec, mais le temps de la changeait, faire ses cheveux… je mettrais sans doute moins de temps tout seul. A sa question je souris, alors qu’Eli réclame déjà pour venir avec moi, mais heureusement Izzie rattrape le tire.

[b]« Ca se passera bien vous verrez, elle voudra surement juste jouer avec vous »

Je la remercie, puis ne perd pas de temps. J’essai de sécher au maximum mon caleçon pour pouvoir remettre mon costume heureusement de couleur foncé, je me contente de remettre ma chemise, de prendre ma Carte de paiement, puis je quitte la hutte en laissant les deux demoiselles ensemble, espérant de tout cœur que tout se passera bien.

Pendant qu’elles se retrouvent ensemble, moi je vais à l’accueil, ou on m’indique ou me rendre pour avoir des vêtements conviendrons pour les vacances et il faut dire que cet endroit à tout prévue, car il y a des cabanons aussi luxueux, avec boutique de souvenir, de vêtement, mais encore une mini boutique de fruit, légume et épicerie de dépannage pour les repas.

Quand je reviens à la hutte… je pense qu’une petite heure c’est écoulé… peut être moins, mais en tout cas j’ai trouvé mon bonheur, quelques short, quelque t-shirt, des caleçons, de quoi pour ma fille aussi. Quand j’arrive je suis étonné de constaté qu’il règne un silence dans la hutte, oui c’est toujours étonnant quand on sait que normalement Ely est dans le coin, mais quand j’entre, Isobel est seule, je dépose les sacs dans un coin, m’inquiétants.

[b]« Vous l’avez jeté à la mer c’est ça ? »

Je lui lance un sourire amusé, mais malgré tout mon regard inspecte la pièce et quand elle me rassure, un léger soupire s’échappe de ma bouche, alors que je retourne vers les sacs que j’ai ramenai pour en prendre un en particulier, d’où je sors une bouteille de champagne.

[b]« J’ai pensé qu’on pourrai… marquer le coup de notre arrivée ? Qu’en pensez-vous ? »

Je vais dans le petit coin cuisine ou je prends deux verres, qui ne sont pas des flutes, mais peu importe, puis en passant devant elle, je lui tends mon bras, pour nous rendre jusqu’à la terrasse extérieur ou il fait encore bon, malgré la fin de journée qui approche. Nous nous installons et j’ouvre la bouteille.

[b]« Ça c’est bien passé pendant mon absence ? J’ai fais le plus rapidement possible »


Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
I am
Invité



MessageSujet: Re: En vacances, enfin! Et les ennuis continuent... Mathias   Ven 18 Sep - 15:01

La petite et moi échangeons un moment que je n'aurais jamais cru vivre en partant en vacances ce matin là en me levant. Non mais qui aurait pu dire que je me retrouverais à Hawaii, mais pas seule, en compagnie de Mathias, cet homme qui m'a clairement fait du charme, et à qui j'ai pris beaucoup de plaisir à résister, puis qui s'est avéré être le meilleur ami de Kenzo ce... pff. non, je suis en vacances, je ne pense pas à ce beau brun briseur de coeur et de vie de famille. Allez, courage.

Au départ, lorsque Mathias m'a laissé seul, je me suis retournée vers la petite qui avait les yeux brillants, et qui réclamait son papa. D'accord, elle voulait jouer au docteur, mais elle voulait aussi être avec son père et pas une inconnue rencontrer il y a quelques heures. Là, je me susi sentie mal... puis, à force de techniques que j'emploie plus souvent dans mon boulot que dans la vie de tous les jours, elle a finit par accepter de jouer. Toute heureuse que je lui montre comment palper un abdomen, ça s'est terminé en batailles de chatouilles, et en confessions. Cette petite, malgré son jeune âge, m'a beaucoup touché, quand, avec une notion de tristesse assez compréhensible, elel m'a confié ne pas avoir de maman. Je ne sais pas, elle est si...

J'espère ne pas l'avoir brusqué, mais a priori, depuis qu'elle sest livrée à moi ça va mieux. Cela fait un bon de temps que son père est parti maintenant, et un instant, elle me regarde et

- Tu sais faire des coiffures de princesse toi???

"Hein?! Heu..."

- Teuplait..."

Comment résister à sa demande et à ses yeux de chat poté?? Alors, je m'active, m'y reprenant à plusieurs fois, mais elle reste calme, et patiente. Quand je termine, je le lui annonce, et elle file dans la salle de bain, afin de voir la tresse africaine que je viens de lui faire.

-Trop zolie moi!!! Merci

Puis elle se met à bailler, aussi, je l'invite à s'allonger sur le lit. Au début réticente, je m'étend à côté d'elle, et il ne lui faut que quelques minutes pour s'endormir. Quand c'est fait, je me relève sans bruits, puis sors de la hutte et passe un appel à Aiden, ainsi qu'à lhôpital pour prendre des nouvelles d'une petite greffée du foie et qui me fait penser à Elizabeth.

C'est alors que Mathias rentre, une fois que je suis dans le salon, assise sur le fauteuil confortable. Je relève le regard vers lui et souris.

"C'était tentant, mais non..." Je dodeline de la tête et l'observe, inquiet attendre après sa fille, "Elle dort. Je crois que c'est le décalage horaire qui a eu raison de sa jolie petite tête!"

Nouveau sourire,

"Vous avez trouvé votre bonheur pour ne pas sentir pendant une semaine??" Je ris un peu.

Je l'observe retourner vers ses sacs d'achat, et en extirper une bouteille. Je n'oublie pas que nous ne sommes pas deux vieux amis en vacances, comme on pourrait le penser en nous voyant, mais deux personnes qui ont l'air de s'attirer, et je dois le garder en tête pour ne pas banaliser tout ça, car je fais comme si de rien n'était. Il se retourne avec une bouteille de champagne à la main, et son geste me rappelle qu'il est la pour me prouver qu'il est un autre homme que celui que j'ai cotoyé la dernière fois. Et que je n'ai pas eu tort d'imaginer qu'il y aurait pu avoir quelque chose entre nous.

"J'en pense que c'est une très bvonne idée... mais que vbous cherchez à me souler pour obtenir mes faveurs, mais je suis quelqu'un qui ne cède pas si facilement aux avaances..." Je le taquine un peu, puis me lève et le suis à l'extérieur. La je m'installe, croise les jambes. Le frais va tomber, et je n'ai rien prévu sur moi. Mais pour le moment, ça va. L'observant ouvrir la bouteille, je suis sérieuse, puis répond,

"Oui, votre fille est.. une vraie étincelle mais elel est très touchante et très jolie. Elle m'a surprise, et puis... elle m'a parlé de sa maman, alors ça a été plutot destabilisant pour moi."

Je n'aurais mieux fait de ne pas lui dire, non? Je soupire, puis lui explique un peu notre conversation avec sa puce, en n'omettant aucun détails, de ce que la petite a pu me dire, et de ce que j'ai pu lui répondre. J'attrape le verre qu'il a rempli, et le penche vers le sien, mais avant de les faire tinter, je demande,

"Alors, on trinque à quoi? à Hawaii?" j'ai bien envie de demander autre chose, mais je me tais et pince mes lèvres en attendant sa réponse. Puis je plonge mes yeux dans les siens, et je jurerais qu'il tente de me charmer avec son regard.
Revenir en haut Aller en bas

Patron du
Lounge Bar

avatar
I am
Mathias Toda

Masculin
✘ Messages : 119


MessageSujet: Re: En vacances, enfin! Et les ennuis continuent... Mathias   Mer 23 Sep - 9:12

En vacances, enfin!
Et les ennuis continuent...
Mathias & Isobel



Lorsque je suis de retour à la hutte qu’à louer Isobel pour ses vacances, le calme est frappant et si inattendue, qu’immédiatement je me mets à chercher ma puce du regard, j’en oublie le décalage horaire, les heures d’avion, l’excitation d’être partie en vacance, mais surtout la petite baignade improvisé. A croire qu’on a tout fait pour la mettre ko. J’ai un petit sourire sur les lèvres en pensant à cela.  

« Faut dire qu’on l’a pas épargné avec cette journée »

Je garde le sourire, alors que je retourne vers les sacs que je viens de ramener avec moi après une bonne heure de  boutique que j’aurai préféré évité pour dire vrai, car c’est vraiment pas mon truc, même les vêtement de ma fille c’est rarement moi qui s’occupe de faire pour elle, sauf quand elle veut que je l’accompagne pour lui acheter la fameuse robe de princesse qu’elle a vue et que « nounou » à refusé de prendre pour x raison.

« Oui, de ce fait c’est bien gentil d’avoir proposé de vous occupés de mon caleçon, mais on dirait que je n’aurai plus besoin de vos service »

J’attrape ma bouteille de champagne et me tourne pour lui sourire amusé, profité pour la taquiné, mais pour me faire pardonné je lui propose de prendre une coupe de champagne ensemble, pour fêter notre arrivé dans cet endroit qui semble magnifique à ce que j’en ai vu et surtout que j’ai hâte de découvrir. Je suis plus que ravie lorsqu’elle accepte et ensemble nous nous rendons à l’extérieur de la hutte, sur la terrasse, ou je dépose sur la table deux verres ainsi que la bouteille, je fais péter le bouchon, le bruit raisonne un peu autour de nous, c’est pour vous dire le calme de cette île malgré les autres vacanciers.

« Ah bon ? J’aurai du demander de me faire livraison une cargaison alors »

Je relève les yeux vers elle, toujours de façon amusé, puis je lui tends son verre plein, prend le mien et installe enfin mes fesses sur les fauteuils du petit salon extérieur. Je tends alors mon verre vers le siens, mais très vite je le repose pour écouter ce qu’elle à a me dire concernant ma fille et là… je suis surpris d’entendre tout ça, bien sur ça me touche aussi, car Ely ne parle jamais de sa mère, peut être qu’elle n’ose pas avec moi ? Peur de blesser son père ? De dire une bêtise ? J’appuie mon dos contre le dossier du fauteuil avant de reprendre.

« Je suis désolé… elle ne parle jamais d’elle d’habitude… peut être parce que vous êtes une femme ?  Ou qu’elle se sentait bien avec vous…. Faut aussi dire que je ne mets jamais le sujet sur la table. En tout cas je vous remercie… j’espère que vos paroles ont su la rassurait un peu »

Je sourie de plus belle et quand elle prend enfin son verre sur la table, j’imite son geste et mon verre vient doucement claqué contre le sien, activant les bulles dans l’alcool.

« A nos premières vacances ensemble »

Amusé je ramène mon verre à mes lèvres, ne la quittant pas du regard, puis je lâche.

« Si vous continuez à me regardais de cette façon, moi je n’aurai pas besoin d’alcool pour cédés à vos avances, sachez-le »

Je pouffe de rire, boit de nouveau, ce champagne est vraiment très bon.

Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
I am
Invité



MessageSujet: Re: En vacances, enfin! Et les ennuis continuent... Mathias   Mer 23 Sep - 22:25


Je suis amusée de le voir presque en panique, au moment ou il rentre et ou il s'aperçoit que sa délicieuse, mais si énergique enfant n'est pas là, ou un peu trop silencieuse. Je retiens un ou deux blagues de mauvais gout et qui pourrait donner un tout autre tournant, bien moins sympathiques à nos vacances s'il est du genre susceptible, et lui désigne l'endroit ou le petit bout de corps est endormi. Elle est encore plus mignonne quand elle roupille, mais ça aussi, je le tairais. Je ne dois pas avoir la fibre maternelle surement... Je détourne le regard pour le reposer sur le père, qui sourit en affirmant ne pas avoir épargné sa fille. Je réagis, maline,

"Hey, je vous ai jamais forcé à embarquer dans cet avion avec moi, c'est vous qui avez fait des pieds et des mains pour m'accompagner..."

Je souris, omettant un détail sur sa raison d'être ici. Curieuse, et surtout, un peu.. je ne sais pas, mi gênée, mi... enflammée, un mélange que je dois contenir pour m'épargner une nouvelle déception; je lui demande s'il a trouvé de quoi s'habiller, bien qu'à la vue des nombreux sacs, je possède déjà la réponse.

"Quel dommage... vraiment... c'était devenu le fil conducteur de mes vacances... votre caleçon puant ..."




Je le nargue un peu, puis le suis jusqu'à l'extérieur, ou il fait toujours étonnamment bon. Mais c'est l'été, il fait chaud, et nous sommes à Hawaii! Je le regarde, d'un oeil intéressé, et peut être charmeur, ouvrir le champagne, et souris au "Plop" connu. Je l'informe que je ne cède pas si facilement, mais une fois de plus, sa répartie m'amuse.

"Oui.. dommage que nous ne soyons pas dans un de vos bars... j'aurais été curieuse de voir ça.."


Il s'excuse, ce qui me surprend, quand je lui apprend que sa fille a évoqué sa mère. Je suis à mon tour étonné d'apprendre qu'elle n'en parle jamais, et quelque part, en suis flattée qu'elle m'ait choisi moi pour le faire. C'est une marque de confiance.

"Ho, mais elle n'en parle jamais avec sa.. nounou?! Si c'est le cas, ne lui dites pas que je vous en ai parlé, elle m'en voudrait"
et je suis réellement inquiète, "Sans doute était-elle bien sur l'instant vous savez, c'était tout, el contexte, le jeu... elle a semblé perplexe quand je lui ai dit que j'avais une maman, puisqu'elle m'a demandé. Mais je lui ai parlé de mon père, et elle a semblé plus... soulagée après ça. SAns doute devriez vous prendre le temps de parler avec elle de ce sujet, elle a peut-être besoin d'avoir des réponses à des questions qu'elle n'ose pas poser ?" Je l'observe, et ajoute, "Enfin.. je dis ça comme ça, je voudrais pas prétendre mieux savoir que vous ce qui est bon ou pas pour votre fille!"

Je ris et reprend, concernant l'alcool.

" Et pour l'alcool...Non, vraiment, il vaut mieux pour vous que vous ne me voyiez jamais soule..."
C'est pas beau à voir... je rajoute " A ce propos, vous êtes quel genre quand vous avez bu? Solitaire? Le gros lourdeau dont on a du mal à se débarrasser ? ou un amoureux un peu trop collant ?!" Taquine, je termine, "J'ai lu dans une étude, que les partons de bar et de boite de nuit étaient presque à 50% tous destinés à devenir des ivrognes..." Je lui tire la langue, puis me calme un peu.

Rire de lui, et avec lui, c'est une façon de me détendre je crois. Je regarde le champagne couler dans ma flûte, et l'attrape, puis la fait trinquer contre le verre de ce bel homme.

"Ok, alors.. à nos premières..."
je m'arrête, "Parce que vous croyez vraiment qu'il y en aura d'autres?!"Je souris, curieuse, en attendant sa réponse, et lui souris. Puis, je bois une gorgée, agréable, fruitée, et qui me réchauffe le gosier. Je ne peux m'empêcher de le regarder, et de le découvrir. Il me semble que jusqu'ici, je voyais le patron, Mathias Toda, un homme beau et séducteur. Mais il semble plus lointain que ça, et surtout, dans mes souvenirs, je ne le voyais pas aussi attirant, brun, ténébreux... Il me sort de ma rêverie indiscrète, me faisant remarquer mon regard insistant et sans doute intense que je porte sur lui. Je me mords la lèvre, mal à l'aise, et bois dans ma coupe,

"Pardon, je.. non, je voulais pas..." Il me semble qu'il me fait rosir, une fois de plus, et je lève les yeux au ciel, "Vous allez faire ça pendant toutes les vacances?!"
je feins l'agacement, mais il se révèle être plus plaisant encore que je ne l'aurais imaginé à San Francisco. Ooh,, sans doute le lieu paradisiaque qui le rend encore plus... mieux!

"Mais comment vous faites, pour être aussi serein alros que vous venez de me dire... "Je le toise, "C'est comme si rien ne vous atteignait.." et les hommes non atteignables, j'ai déjà donné, merci...
Revenir en haut Aller en bas

Patron du
Lounge Bar

avatar
I am
Mathias Toda

Masculin
✘ Messages : 119


MessageSujet: Re: En vacances, enfin! Et les ennuis continuent... Mathias   Lun 5 Oct - 15:39

En vacances, enfin!
Et les ennuis continuent...
Mathias & Isobel



Cette jeune femme m’amuse, nous échangeons sur mon arrivé imprévue dans cette hutte de rêve, puis de mes caleçons, j’ai le sourire sur les lèvres, alors que nous nous rendons sur la terrasse, prenant place sur le salon extérieur d’où nous avons une vue magnifique sur l’océan plutôt calme. La bouteille de champagne ouverte, je sers chacun de nos verres, alors qu’elle me fait savoir que ce n’est pas avec juste une bouteille qu’elle acceptera mes avances, je parle donc d’une cargaison et une fois de plus elle à la réponse à tout. Je pouffe de rire avant de reprendre.

"Oui... dommage que nous ne soyons pas dans un de vos bars... j'aurais été curieuse de voir ça...»
« Ne me mettez pas au défis…. Sinon demain à la première heure, je nous ferais livré de quoi vous faire boire pendant des jours »

Mais très vite la discussion tourne autour de ma fille et de la conversation qu’elles ont eux ensemble. J’écoute Isobel et m’excuse auprès d’elle, lui avouant que c’était l’une des premières fois qu’Ely se décider de parler de Morgan et… je ne savais clairement pas comment interprété tout ça. Mais Isobel à sans doute raison, elle a du se sentir en confiance et étrangement bien avec elle pour osé aborder le sujet, mais est-ce que les réponses fournie par la médecin son celles qu’elle attendait ? Je n’en ai aucune idée et je regrette vraiment de ne pas avoir été là pour assisté à cela… même si ma présence aurait surement empêché ce moment. Je relève la tête vers la jolie blonde à qui j’adresse un sourire ;

« Oui… je pense qu’il faudra enfin avoir cette conversation »

Enfin ? J’aurai préféré que ce genre de conversation n’existe jamais, mais… je ramène le verre à mes lèvres alors que celle-ci s’étende en un sourire avant même que l’alcool est atteint mon palais.

"Parce que vous croyez vraiment qu'il y en aura d'autres?!"
« Je prend très vite gout aux bonne choses »

Comme son regard… celui qu’elle pose sur moi et qu’elle semble avoir du mal à déposer ailleurs et qui me perturbe. Le verre entre les lèvres, je ne retire pas mes yeux des siens, avant de me reprendre et de lui lançait une petite vanne concernant tout ça et quand je vois ses joues rougir, mon sourire s’accentue.

"Pardon, je... non, je voulais pas..." "Vous allez faire ça pendant toutes les vacances?!"

Je pouffe de rire avant de lui répondre.

« Non vous avez raison… je suis désolé, j’aurai du vous laissez faire, mais vous n’auriez peut être pas compris pourquoi je vous aurez sauté dessus après avoir céder à vos regard »

"Mais comment vous faites, pour être aussi serein alors que vous venez de me dire... ""C'est comme si rien ne vous atteignait...»

Je souris, boit de nouveau dans mon verre, avant de le reposait sur la petite table entre nous. Je me redresse, le regard posait sur cette ravissante blonde à qui je réponds.

« Parce que je le pense ! J’ai pour habitude de dire tout ce qui me passe par la tête, à force d’agir comme ça croyais moi, on devient de moins en moins réserver. Vous devriez essayer »

Mes lèvres s’étendent de nouveau avant que je ne reprends.

« Là tout de suite vous pensez à quoi ? Allez réfléchissez pas, de tout façon je ne serais pas gêner, même si vous pensez que je suis un idiot »

Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
I am
Invité



MessageSujet: Re: En vacances, enfin! Et les ennuis continuent... Mathias   Lun 5 Oct - 21:46

De mes doigts, je caresse la flute rafraichie par le délicieux alcool pétillant qui navigue à l'intérieur. Mathis et moi échangeons, et  il me semble que ni lui ni moi n'ayons oublié la raison de sa présence ici. Les regards que nous nous échangeons en sont la preuve formelle. Je soupire, puis l'observe une nouvelle fois, comme si mes yeux étaient sans cesse attirés par lui. De temps à autres, je feins de regarder sa petite qui dort désormais bien profondément, du sommeil du Juste.

« Ne me mettez pas au défis…. Sinon demain à la première heure, je nous ferais livré de quoi vous faire boire pendant des jours »

"Et demain, à la dernière goutte, vous vous faites retirer la garde de votre fille par l'assistance sociale, et moi mon grade de médecin...non merci!"

Je lui adresse un nouveau sourire en secouant le visage. Ce sont deux choses à laquelle nous tenons énormément, et pour laquelle nous avons, chacun à notre niveau et à notre manière, travailler dur. Lui, à force de patience, d'amour, de temps partagé, de concessions et de petits moments de bonheur, et moi à force de travail, d'acharnement, de patience, d'études, de victoires et d'échec également. A propos de sa fille, je lui avoue la petite discussion, sans rentrer dans les détails de notre échange, que nous avons elle et moi. Elle m'a touché, à son niveau, trop adorable.

« Oui… je pense qu’il faudra enfin avoir cette conversation »

J'acquiesce doucement, sans sourire, mais une expression douce sur le visage. Je vois bien que ça le perturbe de savoir que sa puce a pu me livrer des choses dont il n'a pas idée. J'aurais peut-être du me taire sur ce coup ? Je soupire, puis bois une gorgée qui me rafraichit et me réchauffe à la fois.

« Je prend très vite gout aux bonne choses »me dit-il, lorsque je lui demande s'il compte faire en sorte qu'il y ait d'autres vacances. Je sais que nous rigolons, et que ça n'est pas spécialement sérieux, et pourtant, avec son aplomb, il pourrait me faire avaler n'importe quoi. Je continue à le regarder, pensive, mais charmée, m'amusant à faire des moues avec ma lèvre. Il me fait alors remarquer mon regard sur lui, et par la même occasion, me fait rosir. Je lui demande s'il compte me faire cet effet là durant toutes les vacances, et il pouffe de rire. Hmmm... c'est pire encore... Je détourne le regard que je jette sur la mer. Le soleil disparait derrière les vagues, et je frissonne un peu.

« Non vous avez raison… je suis désolé, j’aurai du vous laissez faire, mais vous n’auriez peut être pas compris pourquoi je vous aurez sauté dessus après avoir céder à vos regard »

Je rosis une nouvelle fois, souris un peu.

"Okay..." je repose la coupe devant moi..."La, clairement, je me demande ce que vous faites... vous êtes venus pour me prouver quoi déjà?" Je sais la réponse. Je la connais. Mais à mon avis, si, il est tout à fait un beau parleur comme Kenzo, sinon, il ne serait pas son meilleur ami, pas vrai? Mais avec plus de classe, et un amour un peu plus innocent qu'il partage avec sa fille.

Je l'observe, sans arrêter de me mordre la lèvre, alors qu'il en profite pour boire dans sa coupe, sans me lâcher du regard, ce qui me fait un effet atroce en moi. Un mélange de lave en fusion, et d'une voix plus glaciale qui me hurle de ne pas toucher. Une voix aux tons de Bella...  Je lui demande, de façon si spontanée, comment il fait, il agit et parle comme si rien ne l'atteignait. Personnellement, j'en suis bien incapable, même au travail.

« Parce que je le pense ! J’ai pour habitude de dire tout ce qui me passe par la tête, à force d’agir comme ça croyais moi, on devient de moins en moins réserver. Vous devriez essayer »

"Et bien, je ne pense pas dire le contraire de ce que je pense, mais, je crois que je pèse plus mes mots et puis, je crois, enfin, je suis intimement persuadée qu'il y a une manière de dire les choses, surtout quand on veut prouver sa bonne foi."


D'un autre côté, savoir que je lui fais cet effet, ce regard qu'il m'envoie, ça me met en émoi. Je lève mon regard sur lui quand il reprend la parole,

« Là tout de suite vous pensez à quoi ? Allez réfléchissez pas, de tout façon je ne serais pas gêner, même si vous pensez que je suis un idiot »


Commence à me lever, afin d'aller chercher une veste. Je m'arrête à l'endroit ou il est assis, et l'observe. Je m'agenouille pour lui faire face, et répond, le plus sincèrement possible, mais le rouge aux joues, le coeur branlant et sur le point de faire une crise cardiaque.

"Je pense que vous faites homme que rien n'atteint, et moi, les homme inatteignables, j'ai déjà donné la dernière fois, et j'en paye encore le prix fort aujourd'hui, je pense que vous n'êtes surement pas tout à fait sérieux me concernant, et que vous pensez peut-être que je ne suis qu'une fille sans doute facilement atteignable, ce qui serait regrettable, et pourtant, je pense que là, maintenant, j'ai une telle envie de vous embrassez, car vos yeux me captivent."

Je me tais, et nous nous regardons l'espace de quelques secondes, avant que je me jette sur ses lèvres, et lui sans doute sur les miennes, dans un élan d'envie, de désir, de flirt et de charme. Est ce le contexte, le moment, l'homme? Je n'en sais rien, mais je reconnais être faible, si faible... surtout quand c'est mon coeur et ems désirs qui prennent les commandes...

"Papaaaaa j'ai faimmm" la petite voix me ramène à la réalité, et nous nous séparons, comme deux adolescents qui viennent d'être pris sur le fait. Je rougis plus encore, et porte ma main à mes lèvres, puis le laisse rejoindre sa fille, alors que je file me vêtir plus chaudement, un gilet, un pantalon, un haut. Je retourne m'installer sur mon fauteuil que je n'aurais pas du quitter, attrape ma coupe, presque entièrement rempli, et la vide d'un trait.
Revenir en haut Aller en bas

Patron du
Lounge Bar

avatar
I am
Mathias Toda

Masculin
✘ Messages : 119


MessageSujet: Re: En vacances, enfin! Et les ennuis continuent... Mathias   Lun 18 Jan - 15:07

En vacances, enfin!
Et les ennuis continuent...
Mathias & Isobel



Je comprend vite qu'elle a du mal à cerner mon personnage, sans doute qu'elle doit me voir un peu comme Kenzo, je l'imagine même faire le jeu des sept différences dans sa tête. Pourtant, je ne sais pas comment faire pour lui prouvait ma bonne foi, mais malgré tout je reste un homme et un homme qui la trouve magnifique. J'imagine déjà la douceur de la peau de son visage sous mes doigts, tout comme le goût que dois avoir ses lèvres recouverte de ce champagne de luxe. Mes lèvres s’étendent finement, alors que je ne la quitte pas du regard.

Nous passons plusieurs sujet en revue, le plus important étant celui concernant ma fille, je ne peux cacher qu'intérieurement ce qu'Isabelle m'a appris me brise le cœur, mais il faudra faire avec et prendre les décisions qu'il faut.

Puis on en vient à parler de mon côté inatteignable qui semble la perturbait au plus haut point, elle n'est pas la première à me le faire savoir, souvent les gens essayent en décortiquant votre façon d'être et d'agir, de connaître vos failles, mais chez moi... c'est un peu impossible, ça déstabilise je le comprend bien et j'en joue aussi pas mal.

Je lui demande alors de me dire ce qui lui passe par la tête, de façon franche et direct, sans se préoccuper du fait que cela soit dérangeant ou non, mais elle se lève et passe à mes côtés. J'ai la désagréable sensation que cela mettra fin à notre conversation, qu'elle s'apprête à rentrer et pourquoi pas à se coucher si je l'ai blesser ? Mais elle s'appuie sur le fauteuil ou je suis et se retrouve à ma hauteur, les jambes repliaient sous elle. Je tourne mon visage vers elle et l'écoute...

"Je pense que vous faites homme que rien n'atteint, et moi, les homme inatteignables, j'ai déjà donné la dernière fois, et j'en paye encore le prix fort aujourd'hui, je pense que vous n'êtes sûrement pas tout à fait sérieux me concernant, et que vous pensez peut-être que je ne suis qu'une fille sans doute facilement atteignable, ce qui serait regrettable, et pourtant, je pense que là, maintenant, j'ai une telle envie de vous embrassez, car vos yeux me captivent."

« Oh ! »

Une petite provocation bien sur, mais déjà sa bouche atteint la mienne et je peux enfin savourer ce goût délicieux du chambre mêler à sa salive... un régale, comme je l'avais imagine un instant plus tôt alors que je ne la quittait pas des yeux.
Ma main se pose derrière sa tête, ce baiser est un mélange d'envie, de passion accompagnait d'une pointe d'excitation, car la nouveauté est forcément excitante.

"Papaaaaa j'ai faimmm"

Ou comment vous jetez une vague de froid de façon incontrôlable. Gênée, Isabelle se relève et s’écarte, alors que je me lève d'un bon pour quitter mon fauteuil et me rendre auprès de ma fille, qui se trouve à quelques mètre de nous, le doudou dans une main et l'autre entrain d'écraser son œil sous sa main. Elle a les cheveux démêler et son visage de princesse encore endormie, ce spectacle m'arrache un sourire, malgré les circonstances un peu... désarmante.

« Viens on va voir ce qu'on peut faire pour toi »

Je lui attrape sa main, alors qu'elle tourne la tête en cherchant après Isabelle.

« Vous faite tout quoi papaa ? Je croivais qu'elle te faisais des bisous, tu sais que c'est interdit papou, y'a que moi qui fais des bisous à toi, hein !? D'accord ? Heein papou ? »

Alors qu'Isabelle repasse dans la pièce, mon regard la suis jusqu'à l'extérieur, ma fille essayant à tout prix de gardait mon attention rien que pour elle.

« Oui Ely»

je referme le frigidaire après avoir trouver de quoi la faire manger. Je l'installe à table, mettant tout à disposition pour qu'elle puisse remplir son petit ventre, avant de rejoindre Isobel, les mains dans les poches. Je remarque son verre vide face à elle, ainsi que le mien pas très loin.

« Voila une situation des plus... gênante »

Je lâche un soupire amusé, avant de reprendre ma place d'un peu plus tôt.

« J'adore quand vous dites ce qui vous passe par la tête... sans réfléchir »

Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
I am
Invité



MessageSujet: Re: En vacances, enfin! Et les ennuis continuent... Mathias   Lun 25 Jan - 14:14

« Oh ! »

Il en profite une nouvelle fois pour me provoquer, alors que je bouillonne déjà en moi. Il y a en moi, une déesse maléfique qui se réjouit de ce baiser, en envoyant à Bella tous ses bons voeux comme si à des heures de vol d'ici, elle pouvait s'imaginer ce que nous sommes en train d'échanger. Et de l'autre, il y a simplement moi, avec mes craintes de retomber dans le panneau, et je crois que c'est trop tard, mais qui apprécie tellement ce baiser, sa main sur mon cou, son souffle contre le mien.

Un peu trop rapidement à mon gout, alors que mon coeur s'emballe à moitié sous la ferveur de ce baiser qui me réchauffe tous les sens, la voix cristalline et fluette de la petite Ely nous interrompt. Aussi rapidement que je me suis jetée sur ses lèvres, je me retire, un peu honteuse de ne pas avoir réussit à me tenir. Confuse, je rentre et file chercher un gilet léger, et enfile également un pantalon en toile. Non pas qu'il fasse froid, mais comparé à la chaleur agréable de la fin d'après midi. Baissant la tête quand je repasse dans le petit salon ou il donne à manger à sa fille, je rougis intensément quand elle lui demande si je faisais des bisous à son père, et que les bisous lui étaient réservés. Je retourne m'asseoir à ma place initiale. J'observe alors le roulement des vagues, apprécie l'air iodé, le vent léger sur mon visage.

« Voila une situation des plus... gênante »

Tellement gênante, que je n'ose même plus le regarder, ni ajouter quoi que ce soit. Mais enfin, à quoi je m'attendais en lui proposant de m'accompagner et de me prouver qu'il avait plus de valeurs et de paroles que Kenzo ? Avec sa fille de surcroit.. Je n'ai vraiment pas réfléchit sur ce coup! Je me racle la gorge, et je suis presque persuadée que sa petite puce nous observe sans en perdre une miette.

« J'adore quand vous dites ce qui vous passe par la tête... sans réfléchir »


"Hmpf, je crois que j'aurais mieux fait de m'abstenir sur ce coup là."
Je pince mes lèvres, assez déçue de moi au final. Quelle gourde je n'ose vraiment pas le regarder. Je pousse un soupir, me lève puis attrape les coupes.

"Bon, faites ce que vous voulez, je vais me coucher, le vol m'a fatigué."
je lui adresse un petit sourire. En me couchant, je me promet de ne plus rien tenter des vacances, sa fille et lui, j'ai bien compris que c'était important pour lui et moi au final, je serais quoi? Une entrave à leur bonheur surement ? Puis s'il y a des choses à éclaircir, comme... ce qu'il me fait ressentir, ce n'est pas en présence de sa petite et adorable fille.

Le lendemain et les jours suivants, nous passerons des moments très agréables, et malgré ces échanges de regards, venant tantôt de lui, tantôt de moi, nous avons visité, nous nous sommes amusés, mais en restant de simples "amis." Je reste avec cette gêne palpable, et je fuie les moments ou nous restons ensemble, sans Ely, qui d'ailleurs, ne lui a pas laissé beaucoup de temps pour être seul avec moi. Sans doute se méfie t-elle de moi.

HRP est ce que je te laisse cloturer pour qu'on en ouvre un autre et éclaircir tout ça ?


Revenir en haut Aller en bas

Patron du
Lounge Bar

avatar
I am
Mathias Toda

Masculin
✘ Messages : 119


MessageSujet: Re: En vacances, enfin! Et les ennuis continuent... Mathias   Lun 1 Fév - 10:41

En vacances, enfin!
Et les ennuis continuent...
Mathias & Isobel



JJ'ai pas pour habitude de voir... fréquenter, des femmes en présence de ma fille. Autant dire directement qu'Ely ne m'a jamais connu très proche d'une personne féminine, mise à part Bella, mais c'est à ses yeux sa Tata alors aucun risque j'imagine. Lorsque je rejoins Isobel à l'extérieur, alors que ma princesse prend son repas bien sagement, je ressens immédiatement cette gêne qui vient de s'installer entre nous. Tout cela pour un baiser ? Ou pour la peur de la suite ? Mon regard suis la jolie blonde, qui débarrasse la table avant de passer à mes côtés, m’annonçant son envie de rejoindre son lit. Je me tourne quand elle passe à mes côtés, un peu sans voix qu'elle me laisse ainsi. Est elle prise de regret ? Ou moi qui aurait mieux fait de me taire.

« D'accord... très bien... Bonne nuit alors »

Je lui adresse un sourire, mais je vois bien que celui qu'elle me renvoie est retenue. Je soupire, en la voyant s'éloigner, puis elle disparaît de ma vue derrière une porte qu'elle referme. Je reste un moment sur place à penser à cette scène qui vient de se dérouler sans que j'en comprenne quoi que ce soit. Puis Ely ré-attire mon attention. Mon sourire s’élargit, puis je la rejoins, reprenant mon rôle de père, ainsi que nos habitudes après le repas.

Malgré toutes ces questions qui me passe par la tête, j’essaie de ne rien laisser paraître devant ma fille, mais une fois au lit... j'ai du mal à trouver le sommeil. J’essaie d'analysé le comportement de cette ravissante blonde.
Le reste de nos vacances se passent très bien, malgré que j'ai l'impression qu'elle évite chaque instant ou nous pourrions n'être qu'elle et moi.

Lors que nous sommes de retour à San Francisco, plusieurs jours plus tard, nous nous quittons à l'aéroport en se promettant de se revoir, mais est-ce juste des paroles en l'air ?

Hrp terminé, désolé c'est pas terrible mais je voyais pas quoi mettre de plus ;

Revenir en haut Aller en bas


I am
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: En vacances, enfin! Et les ennuis continuent... Mathias   

Revenir en haut Aller en bas
 
En vacances, enfin! Et les ennuis continuent... Mathias
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
San Francisco Life :: La ville : San Francisco :: ♣ Le Quartier résidentiel :: ♥ Maisons :: N° 1745-
Sauter vers: