San Francisco Life
Bonjour et bienvenue sur le Forum de San Francisco Life ! =)

Nous sommes toujours ravis d'accueillir de nouveaux membres et si tu veux t'inscrire, n'oublie pas de choisir un nom et un prénom

Petite précisions : Pour l'inscription, tu n'as pas besoin d'activer ton compte ! =)

Nous espérons te voir bientôt parmi nous ^^

Clara, Fondatrice du Forum.



 

Partagez | 
 

 Un nouveau départ

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Citoyen de San Francisco
et Footballeur

avatar
I am
Johnny Silverstone

Masculin
✘ Messages : 513


MessageSujet: Un nouveau départ   Lun 7 Nov - 11:13

Chronologie : Après la naissance de bébé à l'hôpital -> ici

Je restais avec Mélody, lui proposant de se reposer pendant les dizaines de minutes qu’ils restaient à préparer notre bébé pour sa sortie. Conservant la brune contre moi, je la laissais fermer les yeux, juste un instant, je pense que tout ce qui venait de se passer l’avait épuisée, et en gardant une de ses mains dans les miennes je ne bougeais pas, profitant de ce calme pour réfléchir à tout ce qui venait de se passer.

Si on m’avait dit que ça arriverait si vite … j’aurais pu me préparer, ça n’est pas comme si j’avais eu neuf mois pour le faire. En soupirant, je prenais le temps de faire le point sur tout ce qui était en train de se passer. Mélody ne pourrait pas élever notre enfant dans sa petite chambre étudiante, il lui faudrait un espace pour grandir et s’épanouir.

Dans mon appartement, si je n’avais encore pas décoré ni trouvé tout ce dont aurait besoin bébé pour vivre, j’avais quand même déjà pensé à cette pièce qui serait sa chambre et y avait fait installer un petit lit en bois. La pièce était totalement vide des murs au plafond, on avait juste une fenêtre qui éclairait ce lit de pin clair.

Quand un infirmier rentrait dans la chambre pour revenir avec le bébé, il annonçait que tout s’était bien passé, et qu’on devrait s’occuper du dossier administratif. Essayant de bouger, sans réveiller Mélody, je la laissais se reposer en callant sa tête avec un oreiller. Je suivais le monsieur jusqu’à l’accueil pour qu’on remplisse les papiers et le bébé restait pour l’instant avec une aide-soignante.

Je m’occupais de renseigner ce que j’avais comme information, en expliquant qu’on remplirait le reste au calme si on avait le droit d’emporter le dossier avec nous. On avait encore rien, pas de poussette, de couche, rien de prêt, pourtant ce bébé je voulais m’en occuper. Alors j’allais dans cette boutique de l’hôpital où on pouvait se procurer du matériel premier âge, et j’achetais de quoi promener bébé au moins jusqu’à notre maison.

Déposant mon fils dans ce nouveau landau sans couleur, j’incluais le dossier à remplir avec Mélody et retournais la chercher dans la chambre. On était prêt pour le départ, et je comptais bien commencer cette nouvelle vie avec elle. Lui montrant que j’avais tout préparé pour qu’on puisse sortir de cet endroit austère, je lui proposais au moins pour aujourd’hui qu’on aille chez moi.

- Ça va, tu t’es reposée un peu ? Je me suis occupé du nécessaire pour toi. Regarde, notre premier landau ? Notre première couverture, et premier paquet de couche premier âge !

En montrant tout ce que j’avais déjà pris pour lui pendant qu’elle dormait, j’espérais que ça la soulagerait de voir que je pouvais m’occuper au moins de tout ce qui pouvait être matériel. Laissant Mélody se rhabiller pour sortir de l’hôpital, je lui souriais en la regardant avec ce bébé qui était notre petit Tony.

- On va chez moi, au moins pour ce soir ? Et on décidera de ce qu’on fait, calmement ? C’est pas loin d’ici, on peut s’y rendre à pied.

De toute façon, on devrait bien trouver une façon de se parler, et de planifier ce qu’on ferait. Parce qu’on ne pourrait pas tout faire à la dernière minute, comme aujourd’hui. Expliquant un peu à Mélody les papiers, ce que j’avais acheté pour bébé, ensemble, on allait dans la rue après avoir couvert comme il faut notre progéniture bien caché sous une montagne de couverture.

Ça me faisait encore tout bizarre, et pourtant, c’est comme si rien était anormal, comme si j’avais toujours connu cette situation. Je poussais le landau jusqu’à cet appartement plutôt cosy et y faisait entrer Mélody après une dizaine de minute de marche. On était au rez de chaussé, et c’était facile de pousser la poussette jusqu’à la porte.

- Bienvenue chez moi … chez toi ? Enfin, tu fais comme chez toi, d’accord.

Soupirant un peu, je rentrais jusqu’à ce que tout le monde soit à l’intérieur pour refermer la porte sur nous. Dans le salon il y avait des posters de foot, mes trophées, les meubles remplis avec mes jeux vidéos préférés. Mais à côté du canapé, on pouvait voir posé sur le petit meuble un cadre photo de moi et de Mélody pendant ces vacances au camp, notre photo, celle de notre première rencontre.

- C’est pas non plus super grand, mais bébé a déjà un lit dans sa chambre.
Revenir en haut Aller en bas

Je suis un(e) Renégat
et Membre Glee Club

avatar
I am
Melody Potter

Féminin
✘ Messages : 312


Mieux me connaître
✘ Qui sont tes ami(e)s & tes ennemies:
✘ Je suis membre: Du Glee Club
✘ Je fais partie de la fraternité: Célibataire

MessageSujet: Re: Un nouveau départ   Lun 7 Nov - 15:17


Un nouveau départ


Johnny Silverstone

Melody Potter



Chronologie: Aprés C'est... bon? de te revoir !

L’accouchement c’est bien passé, se fut malgré tout douloureux, plus que je ne l’aurais pensé, j’ai un peu de mal dans l’immédiat à me dire que cela sera le dit « plus beau jour de ma vie » … la rencontre avec mon bébé… Tony fut magnifique… merveilleuse… mais le reste ? j’aimerais tout simplement oublier le reste, les douleurs, les contractions… l’accouchement en lui-même. Non je n’arrive pas à voir le bon côté de cette chose… peut être car je suis trop jeune ? 17ans ça doit être bien trop jeune pour pouvoir vivre cela du bon côté.

Johnny… est resté à mes côtés tout le long, il m’a étonné, je ne m’attendais pas à autant de lui, peut-être que j’ai passé trop de temps à le dénigré, à ne voir que les côtés négatifs de sa personnalité pour pouvoir admettre qu’il a aussi de bon côté et je pense que je devrais à présent beaucoup plus me préoccupais de cette part de lui, car depuis qu’il est père, il assure un max tout de même. Il à gérer les papiers à la perfection, a pris soin de me fournir ceux que je devais remplir moi-même. Il a aussi géré les premiers achats obligatoires pour notre fils… poussette … il a plutôt bon gout il faut bien admettre, ainsi que l’essentiel.

- Ça va, tu t’es reposée un peu ? Je me suis occupé du nécessaire pour toi. Regarde, notre premier landau ? Notre première couverture, et premier paquet de couche premier âge !

Je suis vraiment touché… attendrie et… bien trop amoureuse, je n’ai jamais su sortir ce garçon de ma tête depuis le jour ou on s’est croisé dans le hall d’entrée de l’université, il passait à côté de moi, m’a poussé sans le vouloir et à poser sa main sur mon épaule pour s’excusés, son petit sourire aura eu raison de mon cœur… C’est dingue tout cela… aujourd’hui nous avons un enfant ensemble, alors que j’ai fantasmé sur ce garçon pendant si longtemps, avant d’officiellement le rencontrait en camp de vacance.

- On va chez moi, au moins pour ce soir ? Et on décidera de ce qu’on fait, calmement ? C’est pas loin d’ici, on peut s’y rendre à pied.

« Oui d’accord… on a qu’à faire ça »

Je souris, prépare notre fils, manteau, couverture, tout ce qu’il faut pour qu’il ne prenne pas froid en sortant de l’hôpital, pourtant… je ne trouve aucun plaisir à m’occupais de ce petit être, comme si mon cœur refusait d’admettre que je tiens beaucoup à lui, ou comme si j’avais peur de m’attachais et qu’on me reprenne ce bonheur naissant.

Je ne partage pas mes craintes avec Johnny, c’est sans doute parce que c’est un peu trop nouveau, précipité et inattendue. Il y a encore quelques semaines je ne savais rien du destin que j’allais offrir à ce bébé et aujourd’hui je joue à la maman avec Johnny ? J’essaie de mettre tout ça de côté, de ne voir que le positif ! il faut que je m’arrête sur le positif de tout cela !

L’on arrive en bas de chez le papa de mon bébé avant même que je ne m’en rends compte. C’est Johnny qui poussait la poussette, il avait l’air de faire ça à la perfection. Nous entrons dans son appartement et j’y découvrir un lieu typique masculin. Sport… jeu vidéo… tout y est… mais l’univers familiale semble bien loin de nous à ce moment précis.

- Bienvenue chez moi … chez toi ? Enfin, tu fais comme chez toi, d’accord.

Je lui adresse un sourire, avant d’ouvrir la bouche.

« D’accord. C’est très… masculin »

Amusé, je m’avance, le laissant se débrouiller avec notre petit Tony, j’ai d’ailleurs l’impression que c’est un mini Johnny. J’avance dans la pièce principale, passe ma main sur le bord du meuble, puis je remarque notre photo. Un sourire plus large prend forme sur mes lèvres, puis je la prends dans mes mains, l’observant un cours instant.

- C’est pas non plus super grand, mais bébé a déjà un lit dans sa chambre.

Je reste le regard sur le cadre, alors qu’il s’occupe de notre fils. Mon doigt lui caresse sa joue à travers la vitre du cadre, puis je relève la tête pour regarder Johnny qui à notre fils dans les bras. Je repose le cadre… je me souviens parfaitement de cette photo, c’était notre premier Selfie, je suis étonné qu’il l’ai encore, à cette période j’étais persuadé de n’être rien pour ce garçon, alors pourquoi l’a-t-il conservé ?

« Du moment que Tony à ce qu’il faut… c’est le principal »

Je vais rejoindre les garçons, dépose un baiser sur le front de Tony, puis me met sur la pointe des pieds pour atteindre les lèvres de Johnny par-dessus notre fils.

« Tu me montre son petit coin à lui ? j’ai quelques trucs dans ma chambre pour lui, des vêtements… des biberons… je mettais dis que d’une façon ou d’une autre il en aurait besoin. »

Je fini la visite de l’appartement, ce n’est pas très grand, mais bien assez pour nous trois j’imagine. Enfin pour nous trois… peut être que se serait mieux si le bébé avait un lieu plus personnel que ma chambre d’étudiante. Une fois dans la chambre de Tony j’affirme.

« Avec une petite touche de décoration cette chambre sera parfaite »

Je pose ma main sur le bras de Johnny.

« Est-ce que tu penses que tout cela est possible ? qu’on y arrive… avec Tony ? Nous ? »




Revenir en haut Aller en bas

Citoyen de San Francisco
et Footballeur

avatar
I am
Johnny Silverstone

Masculin
✘ Messages : 513


MessageSujet: Re: Un nouveau départ   Lun 7 Nov - 16:24

Toute cette ambiance d’hôpital, c’était un peu trop pour moi, pour nous, il fallait vraiment qu’on s’arrache de là, parce que je détestais cette odeur de naphtaline. M’occupant de ce qu’il faudrait pour qu’on puisse sortir, je signais les papiers indispensables et récupérais ceux qu’on remplirait à la maison avec Mélody.

« Oui d’accord… on a qu’à faire ça »

J’étais parti recherché la brune qui s’était assoupie sur le lit d’hôpital, et en lui montrant ce que j’avais récupéré pour notre fils, je l’invitais à passer la soirée chez moi, notre première soirée avec Tony pour parler de ce qu’on allait faire les trois. C’était un sujet que je n’aurais pas imaginé aborder tout de suite, mais il y a certain sujet qu’on ne peut pas repousse éternellement.

En conduisant la poussette jusqu’à l’appartement, j’essayais de me faire à cette idée, de notre vie partagée, unie par ce petit bout, trop petit encore. Je faisais entrer Mélody dans l’appartement, cet appartement aux couleurs de mes seuls passions. Quand elle entrait, je la voyais regarder l’intérieur de façon plutôt intrusive.

« D’accord. C’est très… masculin »

- Je suis désolé, si j’avais su que tu venais j’aurais ajouté des fleurs et peut être des bougies …

Je ne sais pas vraiment ce qui fait plaisir aux filles, jamais je n’ai eu à faire d’effort, d’habitude elles viennent à moi, alors pourquoi m’embêter ? Mais pour Mélody, j’avais envie de lui montrer que je n’étais pas qu’une brute sur un terrain de foot. Je crois que ça me plairait d’avoir des fleurs chez moi si je savais que c’était pour elle.

- Je suis pas très doué en décoration tu sais … mais je pourrai faire des efforts.

S’il n’y avait plus que la déco à faire, certainement qu’on arriverait à trouver une façon de communiquer tous les deux. La petite brune restait avec cette photo de nous dans ses mains, ça me plaisait de la voir avec un regard si doux, même si ce regard il était pour le Johnny de photo, celui de l’année dernière.

« Du moment que Tony à ce qu’il faut… c’est le principal »

Tony, l’entendre prononcer ce nom, ça me faisait encore tout bizarre. C’était notre bébé, il faudrait que je m’y habitue. Mélody s’approchait pour caresser le front du bébé du bout de ses lèvres, avant de les remonter à mon niveau et de m’embrasser. Je souriais, profitant de ce baiser qui était tellement plus naturel que d’habitude.

« Tu me montre son petit coin à lui ? j’ai quelques trucs dans ma chambre pour lui, des vêtements… des biberons… je mettais dis que d’une façon ou d’une autre il en aurait besoin. »

- J’irai récupéré tout ça, Tony ne manquera de rien.

Si chacun de nous on avait préparé une petite moitié de l’arrivée du bébé, ensemble on arriverait finalement à une harmonie, à un tout pour lui ? Je venais conduire Mélody et Tony jusqu’à cette chambre dépourvue de style, dont tout restait encore à inventer, mais avec un potentiel qui nous donnerait une raison de nous surpasser.

« Avec une petite touche de décoration cette chambre sera parfaite »

D’une certaine façon j’étais satisfait que ça plaise à Mélody, même si pour la première fois j’envisageais que la chambre serait l’unique chambre de bébé. A la base j’avais pensé que je n’aurais le droit de voir mon fils qu’à horaire très restreint. Pourtant aujourd’hui, j’avais réellement l’impression de pouvoir être le père de mon propre enfant.

« Est-ce que tu penses que tout cela est possible ? qu’on y arrive… avec Tony ? Nous ? »

- J’ai envie que ça le soit, on fera ce qu’il faut.

Sortant le bébé de son landau, je venais le déposer sur ce matelas tout neuf. Il n’y avait encore pas de housse, rien du tout, mais on apprendrait, sur le tas. Je montais la couverture de la poussette sur le lit pour couvrir Tony qui ne pleurait que quelques instants avant de trouver ses marques. Je regardais sa maman lui caresser la joue pour qu’il s’apaise.

- On dirait qu’il est déjà si bien avec sa maman.

M’approchant d’elle, je venais blottir un peu ma tête dans son cou pour regarder Tony trouver doucement le sommeil dans son petit lit. Dès qu’il fermait ses yeux, on finissait par refermer la porte doucement pour laisser du répit au fruit de cette aventure incroyable. Je crois qu’on avait tous besoin de se reposer un peu avant de faire le point.

- Je vais allez chercher les affaires que tu as dans ta chambre pour lui, si tu veux bien ? Tu me laisse tes clés et tu m’expliques vite fait ?

Je pensais qu’il valait mieux que ça soit elle qui reste ici, pour s’occupé de bébé, moi je ne me sentais encore pas prêt pour rester seul avec Tony. Et puis, s’il avait faim, ça serait sa maman qui devrait gérer, est ce qu’elle saurait faire ? Je ne sais pas comment ça marche, on dit que c’est l’instinct maternel qui les guide.

- Tu as mon portable, ça se passera bien d’accord ? Je te prends des affaires pour toi aussi ?

Tout ce que j’espérais c’est que je ne tomberais pas sur Riley, j’avais tout sauf besoin de m’expliquer avec elle pour l’instant. Ecoutant les directives de Mélody, je m’apprêtais à partir sur le campus prendre ce dont elle aurait besoin, mais je faisais un détour par la salle de bain pour lui couler un bain chaud.

- Je t’ai préparé la baignoire, tu as une serviette, tout ce qu’il te faut. J’imagine que tu as besoin de te détendre, alors tu restes tranquillement à prendre soin de toi, et je m’occupe du reste, d’accord ?

Venant poser un baiser sur les lèvres de ma copine, je l’incitais à faire comme chez elle et lui laissais les clés de mon appartement en échange des siennes. Avec la voiture j’allais rapidement jusqu’au campus pour me diriger à l’étage des filles dans la chambre de Mélody. J’essayais qu’on ne me remarque pas trop, je n’avais pas besoin qu’on m’accuse une nouvelle fois de venir mater les demoiselles dans les douches.

Quand j’arrivais, je ne mis pas longtemps avant de récupérer des habits de bébé, un hochet et un biberon. Je fouillais dans l’armoire de Mélody pour lui prendre une paire de sous vêtement et une robe propre. Pendant un instant j’étais tenté de fouiller dans les culottes de sa voisine, et puis je me disais que je n’étais pas là pour ça, alors je me raisonnais.

Les bras chargé de deux sacs bien rempli, je refermais la chambre derrière moi pour repartir en voiture comme j’étais venu, jusqu’à retourner dans cet appartement où j’avais laissé les deux amours de ma vie. C’était bizarre même juste de le penser, je devenais vraiment un nouveau Johnny ? Je n’avais pas l’impression de faire semblant.

Quand j’arrivais j’entendais le bébé pleuré, sans tarder je refermais l’entrée, posais les sacs pour courir voir dans la chambre. Mélody n’était pas là, alors je tendais les bras pour récupérer le petit quarterback. J’essayais de le secoué un peu comme j’avais déjà vu à la télé, pour qu’il arrête de pleurer en cherchant sa maman.

Elle n’était pas dans la chambre, alors j’entrais dans la salle de bain pour voir. Mélody restait dans la baignoire, inconsciente, comme si la température de l’eau l’avait assommée. Je venais alors passer un doigt sur sa joue pour essayer de la réveiller, tapotant le bout de son nez en essayant de la ramener jusqu’à nous.

- Mélody ! Hey, tu étais fatiguée dis-moi.

Je lui laissais le temps de se réveiller en posant Tony à plat ventre sur le meuble bas de la salle de bain. Ça sentait tellement mauvais qu’il ne fallait pas être un expert pour comprendre. Alors je déshabillais totalement le mini quarterback, essayant de trouvé l’astuce pour retirer cette couche en évitant de m’en mettre partout.

- AAhhh …


Bon ok, j’ai mis les doigts dedans, mais je les passerai sous l’eau. C’est le bébé tout nu avec le cul jaune cramoisi que je tendais à sa maman à moitié endormie dans l’eau. Je venais poser Tony dans la baignoire et caressais le nez de Mélody avec le mien pour l’embrasser sur le coin de ses lèvres.

- Il a envie de gazouiller avec sa maman.
Revenir en haut Aller en bas

Je suis un(e) Renégat
et Membre Glee Club

avatar
I am
Melody Potter

Féminin
✘ Messages : 312


Mieux me connaître
✘ Qui sont tes ami(e)s & tes ennemies:
✘ Je suis membre: Du Glee Club
✘ Je fais partie de la fraternité: Célibataire

MessageSujet: Re: Un nouveau départ   Mer 9 Nov - 11:34


Un nouveau départ


Johnny Silverstone

Melody Potter




Je découvre les lieux, je ne suis pas surprise de constaté qu’il lui convient parfaitement, c’est simple avec une petite touche sportive, car il arbore ses trophées avec fierté et intérieurement j’en ressens tout autant, je suis fière de lui, de ce qu’il est et de ce qu’il est en train de devenir aussi. Je suis sûr que le rôle de papa lui conviendra, même si ça ne sera pas parfait dans l’immédiat, il le deviendra j’en suis sûr, car il est là ! il est resté à mes côtés alors que d’autre aurait pu continuer leur vie sans prendre leur responsabilité. On aurait pu penser que Johnny ferait partie de ces types là, mais non, il a su me prouvais qu’il était là… qu’il assumerait, même si oui d’accord j’en ai douté à son départ de l’université… tellement de temps passé loin l’un de l’autre sans aucune nouvelle… C’était tellement dur et douloureux.

- Je suis désolé, si j’avais su que tu venais j’aurais ajouté des fleurs et peut être des bougies …

Je souris avant de répondre.

« Cette endroit te ressemble, j’aime bien »

- Je suis pas très doué en décoration tu sais … mais je pourrai faire des efforts.

J’hausse les épaules tout en allant le rejoindre après avoir remis cette magnifique photo à sa place, tellement de souvenir avec cette image, le bonheur, la simplicité, même si je n’étais rien, alors qu’aujourd’hui… j’ai sans doute une chance de devenir quelqu’un.

« Ce n’est qu’un appartement »

J’embrasse notre fils… Tony… notre progéniture, nos bébés rien qu’à tous les deux. Je suis fière de cela. Puis je l’embrasse lui, un baiser doux, simple, mais tellement sincère et remplie d’amour. Je leur adresse un sourire, l’image de Johnny dans le rôle de père de famille me plais plutôt, plus encore quand c’est de ma famille qu’il s’agit. Peut-être que je serais capable de faire mieux que celle que j’ai connu dans ma maison ? sans les coups… juste de l’amour et de la tendresse.

J’informe mon petit ami que j’ai aussi quelques affaires pour le bébé dans ma chambre d’étudiante, il y a ce que la vendeuse à jugeai comme indispensable pour la venue de ce petit être qui était encore en moi à ce moment-là. J’avais commencé par l’achat d’un biberon avec les personnages Disney en bébé dessus, puis un body de la même collection… rien d’extravagant avec le peu d’argent qu’une banale étudiante puisse obtenir par son assistant social.

- J’irai récupérer tout ça, Tony ne manquera de rien.

Je souris un peu plus, puis il me conduit jusqu’à la chambre qu’il a réservé pour Tony. C’est une belle chambre, plutôt grande, ou alors c’est peut-être l’illusion que cela donne car il n’y a qu’un simple lit en plein milieu. Mais un lit magnifique que je caresse en passant à côté. Je l’imagine déjà magnifique après une couche de peinture, des décorations de chambre de bébé… je vois bien des couleurs clairs, du pastel. Puis je me tourne vers Johnny en lui demandant si nous y arriverons… ce bébé... nous… l’avenir !

- J’ai envie que ça le soit, on fera ce qu’il faut.

Je remue doucement la tête, sa réponse me rassure, je le regarde mettre notre fils dans le lit, il semble si petit même là-dedans. Je regarde mon Johnny recouvrir le petit de la couverture qui le protégeait dans la poussette. Lorsqu’il pleure, je me penche légèrement par-dessus lui, caressant sa joue toute douce et rougie, je souris quand il s’apaise.

- On dirait qu’il est déjà si bien avec sa maman.

« Tu penses ? »

Ma main libre rejoint celle de Johnny qui se trouve au niveau de mon ventre, mon visage se pose contre le sien, je ferme les yeux, respire son parfum, ça me fais tellement de bien cet instant. Lorsque le petite relâche son corps, s’abandonne à son sommeil, nous quittons la pièce sur la pointe des pieds, de façon amusé, c’est plutôt drôle comme situation.

- Je vais allez chercher les affaires que tu as dans ta chambre pour lui, si tu veux bien ? Tu me laisse tes clés et tu m’expliques vite fait ?

Nous arrivons dans la pièce principale de l’appartement lorsqu’il propose de se rendre dans ma chambre. Je remue la tête en signe positif, mais je suis plutôt craintive de resté seule avec le bébé, c’est tellement nouveau… j’ai peur de mal faire.

« Oui bien sur attend »

Je vais à la poussette, dessous se trouve le sac que j’avais avec moi lors de nos retrouvailles devant l’université, je fouille un moment avant d’en sortir les clefs de ma chambre.

« Tiens, les affaires sont dans le fond de mon armoire, tout en bas, tu verras y’a un sac, tout est dedans »

- Tu as mon portable, ça se passera bien d’accord ? Je te prends des affaires pour toi aussi ?

« Hmm… d’accord… j’ai un peu peur de me retrouvais toute seule, mais… ça va aller… j’imagine »
« Si tu peux me prendre des vêtements oui s’il te plait »


Je lui explique quoi prendre, mais surtout à ne pas oublier, comme ma brosse, ma brosse à dent, le reste je pourrais faire sans, mais y’a des choses qu’on ne peut pas du tout faire sans.

Alors que je termine de lui dire quoi prendre, j’entends l’eau de la baignoire se mettre à couler.

« Tu n’y vas pas maintenant ? »

Je le regarde sortir de la salle de bain, puis ses paroles m’aident à retrouver le sourire.

- Je t’ai préparé la baignoire, tu as une serviette, tout ce qu’il te faut. J’imagine que tu as besoin de te détendre, alors tu restes tranquillement à prendre soin de toi, et je m’occupe du reste, d’accord ?

Mon sourire s’intensifie et je me glisse dans ses bras.

« Je t’aime tellement… merci Johnny »

Je dépose un baiser sur ses lèvres, puis très vite un second, je n’ai pas tellement envie qu’il parte, ou que je me retrouve seule avec le bébé, j’appréhende vraiment de me retrouvais en tête à tête avec celui que j’appelais encore « l’Alien » il y a quelques semaines. Je le laisse finalement me quittais pour se rendre à l’université et moi, je vais sans attendre dans la salle de bain, enfin … avant toute chose je m’arrête malgré tout devant la chambre de Tony, juste pour voir… si j’entends quelque chose, mais non.

Alors je ne perds pas une minute pour me mettre nue et me glissais dans l’eau bien chaude de la baignoire. Je remercie Johnny pour cette délicate attention. Je me lave, m’occupe de mes cheveux, puis me relaxe, fermant les yeux… sans me rendre compte que la fatigue à raison de moi.

- Melody ! Hey, tu étais fatiguée dis-moi.

« Hmgrm »

C’est Johnny qui me réveille en passant sa main sur ma joue humide. L’eau du bain est un peu plus fraiche que lorsque je suis rentrée dedans, je me redresse, passe mes mains sur mon visage pour me réveillais un peu plus.

- AAhhh …

Je tourne la tête et découvre mes deux hommes en pleine occupation.

« Tu t’en sors ? »

J’étais prête à sortir, quand je vois Johnny s’approchait avec le bébé dans les bras et me le tendre. Je réceptionne le petit Tony, même si j’ai un moment d’hésitation sur comment le prendre et comment le mettre, puis finalement je trouve une position qui me semble parfaite. Je souris, fière de moi malgré tout, puis tourne la tête vers Johnny qui me caresse le nez avec le sien puis m’embrasse.

- Il a envie de gazouiller avec sa maman.

Le bébé gigote, je ne sais pas si cela lui plait vraiment, mais à moi oui. Je souris, m’amuse avec faisant des bruits carrément trop bizarres avec ma bouche, mais qui semble être compris par le bébé.

« Il est tellement petit »

Mon doigt est pris au piège par la main de mon fils, je viens faire un bisou sur ses petits doigts qui sente bon l’odeur de bébé.

« Tu as tout trouver dans ma chambre ? ça était ? »

Pendant que je nettoie la peau du bébé, nous parlons d’un peu de tout, des choses plutôt banals, mais qui tourne beaucoup autour de Tony.

« Maintenant qu’il est tout propre il va falloir le sortir, faudrait pas qu’il prenne froid, tu prépares la serviette mon cœur ? »

Oui peut être qu’on pourrait y arriver tous les trois ? en tout cas on mérite d’essayer, puis moi du moment que Johnny est présent, j’ai l’impression que rien ne peut m’arrivais finalement. A deux on pourrait être bien plus fort qu’on ne le pense et avec ce bébé en plus… qu’est-ce qui pourrait nous atteindre désormais ?



Revenir en haut Aller en bas

Citoyen de San Francisco
et Footballeur

avatar
I am
Johnny Silverstone

Masculin
✘ Messages : 513


MessageSujet: Re: Un nouveau départ   Lun 14 Nov - 8:52

On venait de sortir de la maternité, tous les deux, avec notre enfant dans les bras. J’avais encore du mal à me faire à la situation, et pourtant ça paraissait tellement naturel, tellement normal quand Mélody était chez moi en train de visiter pour la première fois cet appartement dans lequel j’avais si souvent pensé à elle.

« Cette endroit te ressemble, j’aime bien »


Elle prenait le temps de regarder le salon, avec ces trophées que j’avais pu gagner. Elle s’attardait sur cette photo d’elle et de moi au camp de vacance, c’était certainement le plus beau trophée de ma collection, même si celui-là j’étais loin de l’avoir mérité. Je crois qu’aujourd’hui j’aimerais un appartement différent, plus personnalisé, aux goûts de Mélody.

« Ce n’est qu’un appartement »

Je lui indiquais que je pouvais personnaliser un peu plus cet appartement, mais on aurait le temps pour ça. Il y avait désormais cette chambre, la chambre de notre bébé, qui n’avait jamais été aussi joyeuse qu’en posant l’enfant à l’intérieur de ce lit seul au milieu de la chambre aussi vide que grande.

- J’aimerais que ça soit plus que ça, aujourd’hui avec toi et Tony, ici, je me rends compte que l’appartement n’a jamais été aussi agréable.

Je ne sais pas si j’étais prêt pour une vie de famille, j’avais peur de ne pas être à la hauteur, comment je le pourrais ? Mon père n’avait jamais été le modèle d’éducation qu’on voudrait pour son enfant, comment je pourrais apprendre quoi que ce soit à mon fils ? Pourtant il était là, avec nous et représentait le fruit de cet amour de vacance.

Ce petit être me rappelait que même un quarterback à l’esprit volage pouvait tomber amoureux de la petite brune du glee club. Aujourd’hui je n’avais plus peur de ça, d’être découvert, d’être montré du doigt, parce que je n’avais plus rien à prouver à personne. Elle resterait la mère de mon enfant, et cette fille que je n’ai jamais cessé d’aimer.

« Tu penses ? »

- J’en suis sûr, il aime déjà sa maman, qui ne l’aimerait pas ?

Quand Mélody venait caresser la joue de notre bébé pour qu’il s’endorme, je restais près d’elle et pendant un instant on avait d’yeux que pour notre progéniture. La sentant contre moi, je ne bougeais plus, et profitais de la présence de celle que je n’aurais pas cru revoir un jour aussi proche de moi.

Il y aurait tellement de chemin à parcourir, tellement de projet, de petit bouleversement dans notre quotidien, mais on surmonterait ça ensemble. Laissant Tony taquiner les bras de morphée, je proposais à Mélody de faire un allez et retour sur le campus pour récupérer ses affaires qu’elle avait préparée dans sa chambre.

« Oui bien sur attend »

Ici je n’avais pas ce qu’il fallait pour habiller ou nourrir Tony, à ce niveau-là Mélody était déjà plus prévoyante que moi. D’un autre côté je n’aurais jamais imaginé que ça irait tellement vite, ce matin encore je ne savais pas que je serais papa aujourd’hui. La brune fouillait dans son sac pour me sortir un trousseau de clés, celles de sa chambre.

« Tiens, les affaires sont dans le fond de mon armoire, tout en bas, tu verras y’a un sac, tout est dedans »

- Je devrais trouver, ça va aller.


« Hmm… d’accord… j’ai un peu peur de me retrouvais toute seule, mais… ça va aller… j’imagine »
« Si tu peux me prendre des vêtements oui s’il te plait »


- Je serai pas long, t’inquiète pas, et puis je sais que tu vas être géniale avec notre bébé.


Je m’approchais pour déposer un baiser sur le coin de ses lèvres quand elle se mettait à m’expliquer ce qu’il fallait que je prenne dans sa chambre. Finalement peut être que je devrais prendre un crayon pour noter, parce qu’elle m’énonçait vraiment beaucoup de chose à récupérer dans la salle de bain.

« Tu n’y vas pas maintenant ? »

- J’y vais !

Après avoir fait couler un bain chaud pour qu’elle profite de ce temps que je lui donnerais à elle pour aller chercher ses affaires, je lui expliquais le projet quand elle venait se rapprocher contre moi pour fondre dans mes bras. Je soupirais, et sans même comprendre ce qui m’arrivait j’avais le cœur qui explosait à chaque fois que je la sentais tellement proche.

« Je t’aime tellement… merci Johnny »

- Ne me remercie pas

Elle venait appuyer ses lèvres contre les miennes, et me donner un baiser, avant un autre qui suivait, un peu plus passionné. C’était comme si rien n’avait changé depuis la conception de notre petit Tony, et je crois que j’avais envie que tout reste comme ça. Je passais une main sans ses cheveux pour l’embrasser à mon tour avant de la laisser devant la salle de bain.

- Je t’aime aussi.

C’est là-dessus que je partais pour sa chambre d’étudiante, faisant l’allez et retour en récupérant chacune des affaires qu’elle m’avait demandé de ne pas oublier. Finalement j’avais deux gros sac pour prendre le nécessaire et je remmenais tous jusqu’à l’appartement où je n’entendais aucun bruit en arrivant.

Enfin, c’était juste avant que je n’allume la lumière du salon, que je pose les affaires de Mélody et que le bébé commence à pleurer. Je ne perdais pas de temps pour aller chercher Tony dans son petit lit, sans trop savoir comment le porter j’essayais de laisser mon instinct faire. J’apportais la petite boule de nerf dans la salle de bain où sa maman s’était endormie.

« Hmgrm »

Sans du tout savoir comment ça marchait, je comprenais qu’il fallait que je déleste le bébé de sa couche bien remplie. J’essayais de trouver le mécanisme qui ne devait quand même pas être si compliqué que ça, si ? Après deux minutes à me battre avec les scotchs, je finissais par enlever la couche sans éviter que mes doigts ne trempent dans la matière fécale.

« Tu t’en sors ? »

- Je … oui ça va aller. Oublie pas à qui tu parles ! Johnny le quarterback … enfin …

Ex quarterback … Je baissais un peu la tête, mais me rendais compte que tout ça, ça en valait vraiment la peine. Je ne regrettais pas mon ancien poste, ou juste un peu. Venant porter bébé avec les fesses encore malodorante dans le bain avec sa maman, je lui expliquais que Tony voulait la voir.

Mélody avait récupéré le petit et jouait avec dans son bain. Je souriais en la regardant faire, d’un air un peu niais. Prenant le temps de laver mes mains qui avaient débordée dans la couche, je me rinçais avant de m’assoir sur le rebord de la baignoire et d’observer la maman toute fière avec son bébé dans les bras.

« Il est tellement petit »

- Tu crois qu’on a été petit comme ça nous aussi ?

C’était difficile d’imaginer que chacune de nous avait pu être ce modèle réduit pas plus gros qu’un chat. Avec une main je gazouillais dans l’eau avec Tony et sa maman qui lui parlait d’une façon amusante et étrange. Je n’avais jamais vu Mélody de cette façon-là, et ça me faisait un pincement au cœur de la regarder faire.

« Tu as tout trouver dans ma chambre ? ça était ? »

- Je crois que j’ai tout. Et si j’ai oublié quelques choses on ira récupérer ce qu’il faut plus tard.

J’avais fait vite, de peur de tomber sur Riley, et puis je m’inquiétais aussi pour eux deux, c’était si nouveau pour nous. Je regardais Tony attraper le doigt de sa maman, et je souriais, ils étaient juste trop beau tous les deux. Mes yeux pétillaient d’amour, comme si j’étais malade, je crois que personne n’y croirait en me voyant les regarder comme ça.

« Maintenant qu’il est tout propre il va falloir le sortir, faudrait pas qu’il prenne froid, tu prépares la serviette mon cœur ? »

- Je … eu oui

Secouant la tête pour retrouver mes esprits, j’avais encore du mal avec les petits noms qu’elle pouvait me donner. C’était si mielleux, je n’étais pas du tout prêt pour ce genre de vie, mais je pense pouvoir m’y faire. Récupérant une serviette qu’on utilise pour les mains, je pense que ça serait suffisant pour Tony.

- Envoie le paquet !


En tendant la serviette comme un panier de basket pour récupérer une passe, je souriais, montrant de la tête que je voulais qu’elle le lance dans mes bras, mais en voyant sa mine un peu décontenancée je me rapprochais pour qu’elle pose délicatement bébé dans mes bras où je le couvrais entièrement.

- Oh oui l’est beau mon petit quarterback !


Je jouais avec lui, posant mon nez sur le haut du crane un peu fragile du bébé, j’adorais entendre ces petits rires innocents. Je le secouais un peu pour le sécher avant de le poser sur une serviette plus grande, à l’intérieur du lavabo qui faisait comme un petit berceau pour qui, en attendant que je m’occupe de sa maman.

En sortant une serviette plus grande du placard, je venais la tendre à mon tour pour Mélody. Etendant les bras pour lui montrer que j’avais envie qu’elle sorte et qu’elle vienne d’y blottir, je ne perdais rien du spectacle de ma copine totalement nue. Je venais resserrer la serviette autour d’elle quand elle sortait de l’eau pour l’emmitoufler par derrière, mes bras au niveau de son bassin, je déposais un baiser dans sa nuque.

- Mais la plus belle c’est sa maman
Revenir en haut Aller en bas

Je suis un(e) Renégat
et Membre Glee Club

avatar
I am
Melody Potter

Féminin
✘ Messages : 312


Mieux me connaître
✘ Qui sont tes ami(e)s & tes ennemies:
✘ Je suis membre: Du Glee Club
✘ Je fais partie de la fraternité: Célibataire

MessageSujet: Re: Un nouveau départ   Ven 2 Déc - 9:35


Un nouveau départ


Johnny Silverstone

Melody Potter




L’idée qu’il quitte l’appartement, me laissant seul avec notre enfant si petit et fragile, me faisais peur, mais cela se présenteras à plusieurs reprises, je dois m’habituais à cette nouvelle vie qui me tend les bras, même si j’ai peur de ne pas être à la hauteur. Dans ma tête je n’ai que seize ans, j’ai envie de vivre plein de chose en compagnie de ma meilleure amie, de mon groupe de chant, mais aussi et surtout avec mon petit ami. Finalement notre histoire ne se résume pas à grand-chose et p pourtant cela fait bientôt un an que nous sommes un quelques choses l’un pour l’autre et plus encore depuis quelques heures.

Ce petit Tony était loin d’être prévue et encore moins désiré, pourtant aujourd’hui il me liait à vis avec Johnny, que nous le voulons ou non il est désormais trop tard. Moi je connais mes sentiments pour cet homme, depuis ce jour où il m’a bousculé dans ce couloir d’université je n’ai plus été capable de regarder ce garçon de la même façon. Il a chamboulé toute ma vie… je n’avais jamais connu une telle attirance pour qui que ce soit, jamais je n’aurais pu penser un jour qu’un garçon aurait autant d’impact dans ma vie, mon avenir lui appartient désormais… à lui… puis à notre fils… Oui NOTRE fils Tony !

Je suis tellement fière de ce parcours pourtant des plus difficile à mes yeux. Depuis que j’ai passé cette première nuit dans les bras de Johnny j’ai rêvé à une belle histoire d’amour qu’il n’a jamais été capable de m’offrir, pourtant il a l’air si heureux quand il regarde notre bébé. J’aimerais tellement que mes rêves les plus fou puissent enfin devenir possible… à ses côtés… je voudrais être son tout ! comme il est le mien.

- Ne me remercie pas

Je le remercie alors qu’il vient de me coulais un bain pour que je puisse me posais un instant pendant la sieste de ce petit bébé qui lui ressemble déjà tellement je trouve. Je me glisse dans ses bras et abuse de ses lèvres, j’ai un besoin qui semble insatiable de ses baisers, mon cœur est prêt à éclater chaque fois que ce contact a lieu… je suis tellement heureuse, mais j’ai peur que tout cela ne dure pas.

- Je t’aime aussi.

Je lui tiens sa main jusqu’à ce que ceci ne soit plus possible, car il s’éloigne de moi pour quitter l’appartement, pour pouvoir se rendre dans ma chambre d’étudiante qui doit être bien vide. J’ai hâte qu’il me ramène mes affaires, mais aussi celle du bébé.  Lorsque la porte claque derrière Johnny, annonçant son départ, je suis déjà en train de mettre un pied dans ce bain chaud et si agréable qu’il m’a préparé.

Je ne sais pas combien de temps il s’absente, car à son retour je suis endormie dans mon bain. Je ronchonne un peu lorsqu’il me réveille, puis je réalise ou je suis et avec qui. J’entends les petits sons du bébé… est-ce que je ne l’ai pas entendu ? il va se dire que je fais mal mon rôle… Je me redresse dans la baignoire, entourant mes genoux de mes bras, le regardant s’affairait sur notre bébé qui gigote beaucoup.

- Je … oui ça va aller. Oublie pas à qui tu parles ! Johnny le Quaterback … enfin …

Je souris… j’adore ce petit spectacle qui se déroule sous mes yeux, tout comme j’aime voir ce petit bout de langue entre ses lèvres tellement il est concentré dans ce qu’il fait. Les deux hommes de ma vie arrivent alors à mes côtés, le plus petit d’entre eux venant directement rejoindre mes bras pour se réchauffer dans l’eau, alors que Johnny nous observe, accroupie devant la baignoire.

- Tu crois qu’on a été petit comme ça nous aussi ?

Je pouffe de rire en lui répondant.

« Il semblerait… même si pour toi j’ai du mal à le croire »

Faut dire que moi je ne suis pas très grande de taille, surtout une fois dans les bras de cet homme bien plus grand. Je souris, puis me penche vers lui pour déposer un baiser sur son nez, avant de reprendre les soins du petit Tony.

- Je … eu oui

Lorsque je lui demande la serviette pour le petit, j’ai l’impression de le sortir de ses rêveries, je me demande ce qui se passe dans sa tête. Est-ce qu’il regrette ? je vois bien dans son regard que non, il semble même très fier de ce que nous avons fait, mais je n’arrive pas à cesser de douter.

- Envoie le paquet !

« Bah voyons… et tu n’avais pas plus petit en serviette ? »

Je sourcille puis pouffe de rire amuser, venant mettre le bébé contre la serviette, dans les bras de son père, puis je me lève pour sortir de l’eau par la même occasion, alors que ce nouveau père de facile complimente son fils… oh je pense qu’il en est vraiment dingue.

- Oh oui l’est beau mon petit Quaterback !

Je souris, tendant le bras pour attraper une grande serviette, mais Johnny m’arrête dans mon mouvement, l’attrapant lui-même en reproduisant les mêmes mouvements que pour Tony… enfin un peu différemment tout de même. Alors je sors de la baignoire, venant rejoindre et ses bras et la serviette qui m’entoure, alors que je vole un baiser à mon Johnny.

- Mais la plus belle c’est sa maman

Je rougie, baisse un peu la tête pour me cachais, je n’ai pas pour habitude qu’on me complimente, à l’université mon rôle dans le Glee Club me vaux bien plus des moqueries que des compliments.

« Merci »

Mais venant de lui, je sais que c’est sincère, qu’il le pense vraiment, comme je pense moi aussi qu’il est le plus beau garçon qu’il m’est donné de voir… de rencontré et aujourd’hui j’ai un fils qui lui ressemble beaucoup. Je passe mes bras autour de son cou et me serre contre lui, posant mon visage contre son épaule.

« Je suis tellement bien… j’ai l’impression de n’avoir jamais été aussi… heureuse de toute ma vie… »

C’est grâce à lui… bien sûr que c’est grâce à lui. Son retour dans ma vie me fait tellement de bien, j’ai eu si peur de l’avoir perdu… ma grossesse ne m’a aidé dans aucune des décisions que j’ai pu prendre vis-à-vis de notre histoire, je regrette bien sûr certain choix, comme ce jour où je l’ai ignoré après sa déclaration au micro de l’université… aujourd’hui encore je ne comprends pas mon comportement, mais peut-être que nous avions besoin de tout ça pour être ce début de famille que nous sommes aujourd’hui ? Est-ce qu’il a compris que je ne souhaite qu’une chose… qu’il soit mien et à personne d’autre ? je me redresse pour le regardait, lui adresse un sourire.

« Il va attraper froid, tu as tout trouvé dans ma chambre ? dedans il y a de quoi l’habillé pour ce soir normalement »

Je m’approche pour récupérer le petit Tony puis le dépose là ou Johnny l’avait déposé un peu plus tôt sur une serviette pour lui retirait sa couche sale, je frotte son petit corps alors qu’il gigote, puis je tourne ma tête vers Johnny qui reste là à nous regardais, je souris de plus belle avant de le poussait à aller chercher les affaires, je pouffe de rire… je suis tellement heureuse… je les aimes si fort…



Revenir en haut Aller en bas

Citoyen de San Francisco
et Footballeur

avatar
I am
Johnny Silverstone

Masculin
✘ Messages : 513


MessageSujet: Re: Un nouveau départ   Lun 5 Déc - 11:51

On se retrouvait tous ensemble dans cet appartement peut être un peu petit pour trois, mais dans lequel je n’aurais pas de mal à me serrer pour faire de la place à celle qui m’avait tant manqué. Je ne savais encore pas du tout ce que ça donnerait, vers quoi je m’engageais, et pourtant j’avançais en souriant comme je ne l’ai fait que rarement.

Ce petit être était ce lien désormais plus que visible entre cette petite brune du glee club, la belle un peu timide que personne ne voulait voir avec moi. Ce lien que j’avais rompu avec le lycée, la fraternité, l’équipe de foot tout entière, c’est ce qui aujourd’hui me permettait de profiter sans aucune pudeur de cette relation qu’elle m’offrait à nouveau.

L’arrivée du bébé laissait en suspend ces questions devenues moindre, aujourd’hui Tony était là, notre bébé plus petit qu’une balle de football, et toute l’attention restait pour lui. Allant rechercher les affaires que Mélody avait prévue dans sa chambre, je revenais m’occuper de ce tout petit bout avec celle qui serait sa maman.

« Il semblerait… même si pour toi j’ai du mal à le croire »

En posant le bébé dans les bras de sa maman, dans la baignoire, je m’extasiais sur le fait de sa petite taille. J’avais l’impression qu’il était tout minuscule, et tellement fragile que s’en était presque inquiétant. Mélody s’occupait de lui délicatement et je lui renvoyais un sourire quand elle précisait que c’était plus dur à croire pour moi que pour elle.

Fils unique, je n’ai jamais eu l’occasion de voir beaucoup de bébé dans ma vie, ce qui rendait la chose encore un peu plus spéciale. La brune nettoyait le bébé avant de me demander de le récupérer pour qu’il n’ait pas froid. Je ne savais pas vraiment quoi prendre pour faire, alors je récupérais ce que j’avais sous la main pour le sécher.

« Bah voyons… et tu n’avais pas plus petit en serviette ? »

- Tu rigoles ? Je suis sûr qu’il rentre dans le gant de toilette si on bourre un peu.

Mélody se moquait de ma toute petite serviette que j’avais pris pour Tony, et j’avouais être capable de le rentrer dans un gant, sans insister en voyant qu’elle ne voulait pas qu’on plaisante avec son bébé. Je me rapprochais de la maman pour récupérer mon enfant dans mes bras et le cajoler comme il faut avant de le poser.

Dans les yeux de l’enfant il n’y avait aucun jugement, et c’était tellement agréable de pouvoir le temps d’un instant laissé ma tenue de quarterback au vestiaire pour n’être qu’un garçon sous le charme de la mère de son enfant. Récupérant une plus grande serviette, je la proposais à Mélody pour la prendre en même temps dans mes bras.

« Merci »

Ça faisait tellement longtemps que je ne l’avais pas serrée comme ça dans mes bras que j’en avais presque oublié son odeur. Mélody venait se blottir contre mon épaule, je venais caresser doucement ses cheveux humides en appréciant ce contact à la fois simple et intense. Pendant plusieurs seconde je fermais les yeux en faisant le vide tout autour.

« Je suis tellement bien… j’ai l’impression de n’avoir jamais été aussi… heureuse de toute ma vie… »

- J’aime quand tu es heureuse comme ça.

On pouvait l’entendre dans sa voix, dans sa façon d’être détendu me laissait oublie le temps d’un instant la présence de celui qui ne tardait pas à la montrer en pleurant. Petit Tony avait déjà son caractère à lui en réclamant l’attention que ses parents avaient déjà délaissé le temps d’un câlin à travers la serviette humide.

« Il va attraper froid, tu as tout trouvé dans ma chambre ? dedans il y a de quoi l’habillé pour ce soir normalement »

- On oublie le gant de toilette comme pyjama alors ?

Regardant ma copine s’occuper du bébé, je souriais en caressant du doigt ce gant de toilette qui resterait un gant pour faire la toilette. Je me pinçais la lèvre en accusant le regard accusateur de la jeune maman, l’entendre rire ça me plaisait plus que je l’aurais imaginé. Je me penchais alors sur ses lèvres pour y poser un baiser avant de courir à la chambre chercher de quoi habillé notre fils.

- Je reviens alors ! Soit sage avec ta maman.

Avec un petit doigt sur le nez de bébé je fini par me retourner pour aller chercher les affaires que j’avais prise tout à l’heure. Je fouille pour sortir ce qui ressemble le plus à un pyjama de bébé. C’était plutôt mignon, neutre en couleur, est ce que c’était normal que ça me fasse cette sensation-là de récupérer le pyjama entre mes doigts ?

En plissant le regard, j’examinais le vêtement avant d’aller l’apporter à sa maman qui était en train de rincer Tony dans le lavabo. Je la regardais faire et tendait le pyjama tout propre pour qu’elle l’enfile après avoir vérifié que la couche ne fuyait plus. Il continuait à pleurer malgré qu’on s’occupe de l’habiller comme il faut.

- Hey, pleure pas !

C’était une avalanche de petit cri, et même en caressant le bout du nez de bébé, rien y changeait. Mélody essayait de le calmer, et je pouvais regarder Tony en train de teter mon doigt quand je le passais près de son visage. Il était déjà comme son papa, je crois que sa maman lui manquait déjà.

- Je crois que je sais ce qu’il veut.

Je déposais un baiser dans le cou de la maman, regardant petit Tony avec un clin d’œil par-dessus l’épaule de Mélody. Avec une main je faisais alors glisser la serviette qu’elle avait autour d’elle pour laisser un accès au bébé sur la poitrine de sa mère. Toujours derrière elle, je venais chatouiller avec un doigt le téton de son sein pour indiquer que papa aussi était intéressé.

- On dirait que lui aussi il a envie de ça.
Revenir en haut Aller en bas

Je suis un(e) Renégat
et Membre Glee Club

avatar
I am
Melody Potter

Féminin
✘ Messages : 312


Mieux me connaître
✘ Qui sont tes ami(e)s & tes ennemies:
✘ Je suis membre: Du Glee Club
✘ Je fais partie de la fraternité: Célibataire

MessageSujet: Re: Un nouveau départ   Jeu 8 Déc - 11:10


Un nouveau départ


Johnny Silverstone

Melody Potter




J’ai du mal à me rendre compte que tout ce bonheur n’est que pour moi. Je n’ai pas l’impression d’avoir ressentie autant de chose positif dans ma vie depuis…. Depuis quand ?? à la maison c’était loin d’être aussi facile, pourtant cette scène de la vie de tous les jours, cette vie de famille que nous apprenons depuis quelques heures à créer me semble déjà tellement belle… tellement vrai, j’espère que cela va durer le plus de temps possible, que Johnny restera mon Johnny et que notre bébé sera heureux à nos côtés.

Je sors de la baignoire et prend un charge Tony, il semble si petit et son père n’hésite pas à sortir ce que je pense être des âneries bien plus grande que lui. Il me fait sourire, rire aussi bien entendue, je donnerais tout pour que jamais cela ne s’arrête.

- On oublie le gant de toilette comme pyjama alors ?

« Il semblerait »

Je tourne la tête pour le regardait, j’ai ce sourire toujours présent qui affiche combien je suis amusé de ses paroles. Il s’approche de moi, m’embrasse, puis je commence à rinçais le petit dont son corps est encore recouvert d’un peu de mousse du bain d’où il vient de sortir.

- Je reviens alors ! Soit sage avec ta maman.

Je me penche sur le petit bout, passe mes mains mouillées sur son corps, puis je lui répète les paroles de son père ce qui semble l’amusait, même si je ne suis pas sûr qu’il comprend réellement ce que je lui dis. Puis il se met à s’agitait… bien trop à mon gout et j’ai du mal à continuer ce que je suis en train de faire, alors je le sors de l’eau, le met dans la serviette que son papa à préparer, l’enroule pour qu’il ne prenne pas froid, puis me place ailleurs pour pouvoir le sécher et mettre sa couche, alors que ses pleurs se font un peu plus fort encore dans cette satané salle de bain qui résonne.

- Hey, pleure pas !

« Je ne sais pas ce qui lui arrive… il s’arrête plus de pleurer… pourtant je suis sûr d’avoir fait comme il faut »

Dans ma tête c’est la panique… je revis chaque mouvement que j’ai fait sur notre fils, réfléchissant ou j’ai bien pu lui faire mal, ou ce que j’aurais dû faire autrement peut être… mais je ne vois pas d’issue à mon problème et la peur se propage en moi… je ne suis pas faite pour être maman… du moins il semblerait. Le petit Tony lui continue de s’agitait.

« Je ne sais pas quoi faire Johnny…. Je… »

- Je crois que je sais ce qu’il veut.

« Ah bon ? »

Comment est-ce qu’il pourrait le savoir si moi je ne comprends pas ce que mon fils veut ? est-ce que ça ne serais pas normale que ce soit moi qui trouve solution à tout problème ? pourquoi la maternité ne m’a-t-elle pas remis une brochure pour me dire comment réagir en cas de pleur, mais surtout quoi faire !?
Johnny se fait mâchouillé le doigt par notre fils et déjà il passe à mes côtés, libère ma poitrine de la serviette qui la couvre. J’ai un geste immédiat pour la recouvrir, mais il insiste et apporte le petite contre moi, taquinant mon téton en me faisant comprendre le souci de notre bébé.

- On dirait que lui aussi il a envie de ça

« Tu penses qu’il… a…. Faim ? »

C’était juste ça ? Le petit désormais dans mes bras, sa bouche cherche avec hâte ma poitrine et très vite sa bouche englobe mon téton et...

« Ho… hey… c’est… »

Je ne sais pas quel mot choisir en premier… étrange ? douloureux ? magique ? Petit à petit je m’habitue à cette sensation sur mon sein et je sers mon bébé un peu plus contre ma poitrine pour qu’il puisse se nourrir à sa guise, mais je suis loin d’être à mon aise pour le nourrir, alors je relève la tête vers Johnny.

« Je vais aller me mettre sur le lit, tu viens avec nous ? »

J’attends sa réponse, puis me rend dans la chambre que nous allons désormais partager. Je prends place dans le grand lit, le dos appuyait contre la tête de lit. Le petit râle un peu quand mon sein lui échappe, mais très vite il est de nouveau satisfait d’avoir ce qu’il souhaite en bouche. Je nous couvre tous les deux, puis je lève les yeux vers l’élu de mon cœur.

« Comment tu as su… qu’il avait faim alors que je n’ai même pas été capable de le savoir »




Revenir en haut Aller en bas

Citoyen de San Francisco
et Footballeur

avatar
I am
Johnny Silverstone

Masculin
✘ Messages : 513


MessageSujet: Re: Un nouveau départ   Jeu 5 Jan - 16:02

Elle était là, chez moi, dans cette salle de bain où Tony allait prendre son premier bain avec sa maman. C’était la même salle que celle d’hier, et des jours d’avant, pourtant aujourd’hui il rien était plus pareil. En posant le garçon dans les bras de Mélody, j’essayais de rendre cette situation plus désinvolte en imaginant le contexte plus léger.

« Il semblerait »

Tout était encore tellement nouveau que je ne pouvais pas me rendre compte de ce qui était en train de m’arriver. Moi, Johnny, papa, c’est une blague ? Et pourtant, je crois que j’aime bien cette blague. Ce que j’aime par-dessus tout, c’est la partager avec celle qui se retrouve nue dans ma baignoire à baigner notre fils.

Il y avait tant de chose à voir, à prévoir, tellement que je ne pouvais que m’occuper cas par cas des attentes du bébé et de sa maman. Quand je remarquais les pleurs du petit Tony qui venaient troubler la quiétude de la salle de bain, je ne tardais pas à rappliquer pour montrer à Mélody que je resterais là, pour elle, pour lui.

« Je ne sais pas ce qui lui arrive… il s’arrête plus de pleurer… pourtant je suis sûr d’avoir fait comme il faut »

- Tony !

Le petit ange à sa maman montrait son côté le plus perfide en venant inonder la pièce de cri perçant tout droit venu du fond du cœur. A l’hôpital il y avait les infirmières, le monde autour couvrait le moindre petit pleur, mais là on restait les deux et tout devenait intense, tellement plus angoissant. L’affolement de Mélody n’arrangeait rien au fait qu’il fallait réagir vite.

« Je ne sais pas quoi faire Johnny…. Je… »

Sa couche venait d’être changé, et le garçon sentait tout bon, la seule chose qui pouvait lui manquer c’est ce qui me manquait à moi tellement aussi depuis l’année dernière. Essayant de de faire comprendre à Mélody que je comprenais ce qui arrivait à notre fils, je laissais délibérément tombé la serviette qui la couvrait pour qu’elle se rende compte du problème.

« Ah bon ? »

- Je crois, laisse toi faire

Après un mouvement de recul de ma copine quand je faisais tomber sa serviette, je lui montrais la façon qu’avait le petit Tony de venir chercher quelque chose à mettre en bouche. C’était la première fois qu’un enfant venait gober mon doigt, et en le voyant faire, je ressentais quelque chose d’inexplicable.

« Tu penses qu’il… a…. Faim ? »

La poitrine de Mélody était nue, tendue devant nous, et pourtant j’avais les yeux rivé sur le petit Silverstone au lieu de regarder ce qui aurait occupé tout mon esprit le jour d’avant. Notre fils avait une façon particulière de se lancer sur le sein de sa mère et de se l’approprié d’une façon tellement naturelle et spontanée.

« Ho… hey… c’est… »

- C’est comment ?

Une sensation que je ne connaitrai jamais, quelque chose qui m’avait toujours interpellé, mais j’imagine que c’est la même frustration pour les filles qui se demandent ce que ça fait d’avoir des organes masculins. En venant caresser la tête du bébé, je souriais doucement, sans même avoir de raison particulière, je me sentais juste bien.

« Je vais aller me mettre sur le lit, tu viens avec nous ? »

- De .. ? Oui, je te suis

Quand Mélody me parlait du lit, je ne comprenais pas tout de suite avant de la voir se diriger vers ma chambre. Elle prenait rapidement possession des lieux, et je ne savais pas encore si je devais m’en réjouir ou bien m’en inquiéter. La jolie brune venait alors s’assoir de son corps nu sur le lit et adapté le bébé à son corps avant de replisser la couverture sur eux.

Elle ne semblait absolument pas gênée de partager ce lit, cette chambre, et si tout allait plus vite que j’aurais pu l’espérer, je préférais ne pas me poser de question qui attendrait une réponse à laquelle je n’adhérerais pas. Venant prendre place à côté d’elle, contre le dos du lit, j’approchais une main sous la couverture que je venais poser sur sa cuisse.

« Comment tu as su… qu’il avait faim alors que je n’ai même pas été capable de le savoir »

- Un petit footballeur ça a toujours faim.

S’il y avait bien des désaccords sur le terrain, il restait un endroit qui mettait tout le monde sur un terrain d’entente c’était le repas d’après mach. Taquinant la cuisse nue de ma voisine par-dessous la couverture, je me rapprochais d’elle pour venir appuyer ma tête doucement contre l’épaule de la maman qui nourrissait son bébé.

- Je crois aussi qu’il est comme son papa, il est déjà accroc aux seins de maman. Je vais être obligé de partager maintenant ?

Je venais déposer un baiser sur la joue de ma jolie brune avant de venir doucement gagner ses lèvres pour profiter des faveurs de maman pendant que Tony se nourrissait par-dessous. Mes yeux venaient se fermer un instant et je pensais à cette situation que viendrait perturber chaque seconde de mon quotidien.

Plus rien ne sera plus jamais comme avant, mais je crois que je me ferais facilement à ma nouvelle vie, notre vie. Dessinant des lignes imaginaires contre la joue de Mélody, je m’imprégnais de cet instant de magie qui n’appartenait qu’à nous. Ma main sous la couverture était remonté jusqu’à venir caresser d’un doigt la petite main de mon fils à l’aveuglette.

- Tu vas être la meilleure des mamans.

Je prenais un ton des plus sincère, je pensais réellement chacun des mots que je venais de prononcer sans honte. Aux sons un peu saccader de Tony en train de respirer différemment, je venais le sortir de sous la couverture pour essayer de le prendre comme nous avaient appris l’infirmière. C’était l’heure du rot, enfin je crois que c’est comme ça qu’on dit ?

- Vas-y bébé, donne tout ce que tu as.

Venant jouer avec la tête encore toute fragile du petit, je cherchais ce truc bizarre au sommet de son crane pas fini pour chatouiller ce trou qui devait faire les rots. Je le gardais avec moi jusqu’à ce qu’il termine par tousser et nous sortir le son qui annonçait la fin du repas. Finalement ça n’était pas si compliqué, si ?

- Je crois que c’est l’heure du dodo, tu dis au revoir à maman ?

Pouvoir passer enfin un peu de temps avec Mélody, seul, c’était une chose que je n’espérais même plus. Proposant à la belle d’embrasser son fils, je le kidnappais le temps d’un voyage jusqu’à son petit lit où je l’emmitouflais pour qu’il soit bien à son aise dans les couvertures. J’essayais de faire ça au mieux pour délester un peu sa maman.

Je voyais bien que ça ne serais pas de tout repos, pourtant en embrassant Tony avant son premier dodo, je sentais comme une sorte de fierté naitre en moi. J’éteignais alors la lumière en laissant la porte entre ouverte et venais rejoindre ma copine là où je l’avais laissée. Il ne restait qu’elle, moi et ce silence devenu si doux aux oreilles.

- T’inquiète pas bébé, on y arrivera, d’accord ?

En venant poser mes lèvres sur celle de Mélody, je m’agenouillais près d’elle, en tailleurs sur le matelas. Dans ses yeux j’arrivais à lire une inquiétude troublante. Elle était si pétillante d’habitude, et j’avais du mal à la sentir frustrée, perdue dans ses pensées. Je me rapprochais doucement en venant tirer la couverture qui la couvrait, en découvrant seulement sa poitrine, j’y jetais un œil plus lubrique que la demi-heure précédente.

- Ça aurait pas un peu grossi par là en six mois ?
Revenir en haut Aller en bas

Gérant du bar "Le Mystica"

avatar
I am
Gene Yuurei

Masculin
✘ Messages : 1373


Mieux me connaître
✘ Qui sont tes ami(e)s & tes ennemies:
✘ Je suis membre:
✘ Je fais partie de la fraternité: en couple

MessageSujet: Re: Un nouveau départ   Ven 5 Mai - 10:56

Salut,
Ce rp est inactif depuis plus de 15jours. Si pas de réponse de la part de Melody prochainement, celui-ci sera verrouillé puis ensuite envoyé à la corbeille.
A savoir que si cela arrive, tu seras noté sur notre liste des "inactifs" qui par la suite pourra te voir refuser la demande d'un multi ou compte effacé pour inactivité répétitive... qui serait très dommage je trouve.
A bientôt.

____________________________________

 

Revenir en haut Aller en bas

Je suis un(e) Renégat
et Membre Glee Club

avatar
I am
Melody Potter

Féminin
✘ Messages : 312


Mieux me connaître
✘ Qui sont tes ami(e)s & tes ennemies:
✘ Je suis membre: Du Glee Club
✘ Je fais partie de la fraternité: Célibataire

MessageSujet: Re: Un nouveau départ   Mer 24 Mai - 13:48


Un nouveau départ


Johnny Silverstone

Melody Potter




Tony se retrouve dans mes bras, la bouche contre ma poitrine qu’il maltraite pour pouvoir se nourrir. Je me dis qu’heureusement qu’il n’a pas encore de petite dents, sinon la douleur serait surement plus vive. Je m’installe dans le grand lit de la chambre de Johnny, sans trop y réfléchir, j’avais juste hâte d’être un peu plus à l’aise et je serais surement mieux que la debout dans la salle de bain.

Une fois installé, le petit bout convenablement contre ma poitrine, je remonte un peu la couverture sur nous, pour ne pas prendre froid. Vu son petit gabarit, j’ai l’impression qu’un rien pourrait lui être fatale et je m’en voudrais si c’était le cas. Déjà que je me sens totalement perdu, j’ai l’impression de ne pas avoir pris assez de temps pour lire les bouquins de grossesse que j’aurai pu trouver dans n’importe quelle boutique de la ville et sans doute que cela va se ressentir. Ce doit être à cause de cela que je n’ai pas deviner qu’il avait faim.

- Un petit footballeur ça a toujours faim.

Alors se serait juste une simple déduction ? il n’a pas de… « super pouvoir paternelle » ou je ne sais quoi que les parents sont censés avoir quand justement il passe le cap « parent » ? ou alors c’est différent pour nous car on est pas censé avoir l’âge de faire des bébés, alors que nous sommes encore que des adolescents. Enfin lorsque je regarde aujourd’hui Johnny, j’ai bien l’impression qu’il a grandi, qu’il est différent, alors que moi ? je suis toujours cette étudiante un peu stupide du glee club…. Non ?

Les délicates caresse de Johnny me ramène à la réalité, je regarde Tony, puis son père que je viens juste de retrouver et avec qui tout se passe comme si nous n’avions jamais mis un terme à notre relation. C’est étrange et aussi un peu effrayant de ne pas savoir dans quelle direction nous allons…  Mais il semblerait que nous y courrons sans hésitation.

- Je crois aussi qu’il est comme son papa, il est déjà accroc aux seins de maman. Je vais être obligé de partager maintenant ?

« On dirait bien »

Je souris, puis ma main vient caresser le visage de mon fils, sa peau et toute douce et sens agréablement bon le bébé, j’aurais presque envie de le mangeait… ou de le couvrir de bisous, mais quelques choses m’en empêche… la peur de lui faire du mal j’imagine.

Les lèvres de Johnny se pose sur ma joue, puis remonte jusqu’à mes lèvres, je souris, puis ferme les yeux me laissant juste aller contre ses lèvres. J’ai l’impression d’oublier toutes ces pensées qui m’obsède, j’ai l’impression qu’il parvient à mettre une barrière de protection face à tous mes doutes, comme s’il mettait tout de côté, juste le temps se baiser merveilleux. D’ailleurs, la main qui caressait mon fils un peu plus tôt, se glisse sur sa joue, remonte un peu vers ses cheveux que j’empoigne sans lui faire mal. Nos lèvres se quitte, je lui offre un sourire plein de sincérité, alors que ses paroles me touchent en plein cœur… si seulement je pouvais en être sur autant que lui.

- Tu vas être la meilleure des mamans.

« La tout de suite j’ai quelque doutes… » je lève les yeux vers les siens avant de reprendre « mais… si tu es à mes côtés… j’ai l’impression que je serais capable… de tout réussir »

J’espère que ça sera vrai, car peut être que demain quelque chose sautera dans sa petite tête et qu’il nous abandonnera, par peur… ou pour une autre fille ? je reporte mon attention sur le petit Tony quand celui-ci retire mon téton de sa bouche, puis Johnny tend ses bras et me le prend avec douceur pour prendre son rôle à cœur et finir ce que j’ai commencé avec le petit.

- Vas-y bébé, donne tout ce que tu as.

Je souris, puis vient poser mon visage contre son épaule, j’admire le spectacle, malgré que je sens mon cœur alourdi par mes doutes. Tony m’arrache alors un sourire grâce à son rôt de compétition.

« On dirait qu’il a fait bonne chair »

Je garde mon sourire un instant, puis Johnny se redresse, avançant la petite bouille de Tony dans ma direction, je réalise une fois de plus que mon bébé est magnifique et qu’il tient énormément de son père… même s’il a un petit quelque chose de ma sœur Fleur… c’est assez marrant finalement.

- Je crois que c’est l’heure du dodo, tu dis au revoir à maman ?

« Il a l’air épuisé… alors qu’il a fait quoi de sa journée ? »

Je pouffe de rire amuser, puis me penche sur mon fils, l’embrasse, le caresse et frotte le bout de mon nez contre le sien qui est si doux.

« Bonne nuit mon… fils, tu es… il est tellement beau »

Je regarde Johnny… et je réalise que lui aussi est juste magnifique, c’est étrange j’ai l’impression de le redécouvrir, alors que soyons d’accord, je le connais depuis pas mal de temps maintenant, surtout son visage, je le connais par cœur. Je les regarde sortir de la pièce pour rejoindre la chambre de Tony, je soupire légèrement, pas mécontente que mon rôle de maman se mette en stand-by pour quelques heures…ou minutes peut importe finalement.

Je garde le dos appuyer contre la tête de lit, les yeux fermaient, jusqu’au retour de l’ancien Quaterback de l’équipe de football de l’université.  Le silence était revenu dans l’appartement, je rouvre les yeux lorsque je sens son arrivé à mes côtés et lui souris, malgré mon anxiété.

- T’inquiète pas bébé, on y arrivera, d’accord ?

J’accueille son baiser, posant immédiatement ma main sur sa joue, puis la glisse dans ses cheveux, venant me collait un peu plus contre lui pour amplifiait notre baiser, enfin un peu de tendresse et j’ai l’impression d’avoir un manque atroce que rien ne pourra assouvir. Johnny change de position, abandonnant mes lèvres un peu trop rapidement à mon gout, puis il s’amuse à tirer doucement sur la couverture, jusqu’à laisser apercevoir ma poitrine qui lui semble un peu plus grosse apparemment.

- Ça aurait pas un peu grossi par là en six mois ?

« Faut bien nourrir notre futur Quaterback non ? »

Je souris amuser, avant de me redressais un peu.

« Johnny… même si un jour tu… tu ne m’aimerais plus… tu resteras pour Tony hein ? tu me le promets ? »

J’avais besoin de mettre certaines choses aux claires avec lui, savoir s’il serait toujours là pour le petit, ou si un jour il partirait en l’abandonnant lui aussi.

« J’ai tellement peur qu’un jour tu décides de repartir et que tu le laisse lui aussi… moi je saurais m’en remettre, mais lui… s’il grandissait sans père, t’imagine ? c’est horrible, je ne veux vraiment pas lui offrir ce genre de vie… »




Revenir en haut Aller en bas

Citoyen de San Francisco
et Footballeur

avatar
I am
Johnny Silverstone

Masculin
✘ Messages : 513


MessageSujet: Re: Un nouveau départ   Mer 31 Mai - 16:14

Chacune de ses sensations qu’on était en train de vivre les deux, c’était tellement nouveau pour moi, et pour elle, certainement plus encore. Notre fils était là, entre nous, à téter le sein de sa mère, ce sein que j’ai moi-même dévorer quelques fois. Les voir comme ça, tous les deux, j’avouais que ça me faisait comme un pincement au cœur.

« On dirait bien »

Nous n’étions pas préparés, ça pouvait sauter aux yeux de n’importe qui, pourtant elle comme moi faisions de notre mieux. Tony devait bien s’en apercevoir, les yeux pétillant du petit garçon débordait d’admiration pour sa mère un peu perdue. Moi je restais tout aussi perdu qu’elle, pourtant il fallait bien qu’un des deux prenne sur lui pour que notre bébé ne ressente pas cette tentions dès son plus jeune Age.

« La tout de suite j’ai quelque doutes… »

- Tu ne devrais pas

« mais… si tu es à mes côtés… j’ai l’impression que je serais capable… de tout réussir »

Les mains de Mélody venait caresser mon visage, je la regardais, différemment que la première qu’on avait pu croiser nos regards, pour la première fois, je ne la regardais pas comme cette fille décalée, tendrement belle et rafraichissante, mais j’arrivais à voir en elle la maman qu’elle était devenue, même si ça, je ne l’avouerais à personne d’autre, c’est cette fille là que j’aimerai toujours.

- Je t’aime Mélody !

Je crois que je ne lui avais pas assez dit, peut-être pas assez montrer, si j’avais été plus présent, certainement que la naissance de Tony se serait passé différemment. ? Ma main sur son visage, je venais caresser ses lèvres des miennes pendant que le bébé terminait son repas de façon goulue sur la poitrine de sa mère.

« On dirait qu’il a fait bonne chair »

- En tout cas, ça avait l’air bon.

Il venait de terminer son repas, un repas chargé exclusivement de lait maternel, l’idée un instant de traversait l’esprit d’imaginer le goût que ça pouvait avoir, pourtant il n’y a que les chats et les bébés pour aimer ce truc sans alcool. Je souris, et récupère notre fils pour l’aider à digérer tout ça, je suis tout fier comme si je voulais montrer à Mélody que je pouvais aussi être un bon papa.

« Il a l’air épuisé… alors qu’il a fait quoi de sa journée ? »

- Tu as raison, demain je viens m’occuper de ton sein, et on l’envoie sur le terrain à ma place ? D’accord bébé ?

En regardant le petit, je me mets à rire doucement à cette idée un peu folle. J’imaginais notre enfant sur le stade, avec un ballon qui devait faire sa taille et son poids. Un jour, oui un jour ça deviendra un grand quarter back, mais en attendant, il va falloir coucher le terrain de demain. Je le rapproche comme il faut de Mélody pour qu’elle lui dise au revoir avant de partir le coucher.

« Bonne nuit mon… fils, tu es… il est tellement beau »

- C’est parce qu’il a tout prit de sa mère. Enfin, j’ai fait ma part du job aussi. On a bien bossé je crois mon ange.

Tout fier du résultat de nos dérapages trop fréquents, je crois que je pourrai regarder mon fils pendant des heures, mais ce que je préférais regarder par-dessus tout, c’était celle qui l’avait enfanté. Est-ce que vraiment elle m’avait pardonné ? Elle avait l’air tellement en colère quand on s’est quitté que la question me taraude un instant.

Notre bébé bien au chaud dans son lit, je profitais de cet instant de calme pour retrouver ma jolie brune qui me manquait depuis tant de temps déjà. C’était comme si on ne s’était jamais quitté, alors pourquoi se poser des questions ? Quand je revenais vers elle, je la découvrais un peu, en jouant du regard sur ses attributs de femme.

« Faut bien nourrir notre futur Quaterback non ? »

Tony aurait de quoi manger pendant un petit moment, autant dire que la poitrine de ma copine avait grimpé d’un bon bonnet. J’avais du mal à m’en défaire des yeux, mais quand Mélody se redressait dans le lit, je venais m’approcher, et d’assoir sur le rebord du lit en remontant mes yeux dans les siens.

« Johnny… même si un jour tu… tu ne m’aimerais plus… tu resteras pour Tony hein ? tu me le promets ? »

- Pourquoi je t’aimerais plus bébé ?

La réaction qu’elle avait devenait presque inquiétante, il y a encore 4 mois elle me demandait de ne jamais revenir, et aujourd’hui, la petite du glee club me suppliait presque de ne jamais la quitter. Je la regarde, avec des yeux doux, ronds, des yeux pénétrant qui venait explorer son inconscient le plus profond.

« J’ai tellement peur qu’un jour tu décides de repartir et que tu le laisse lui aussi… moi je saurais m’en remettre, mais lui… s’il grandissait sans père, t’imagine ? c’est horrible, je ne veux vraiment pas lui offrir ce genre de vie… »

- Chuut, tait toi !

Avec un doigt contre ses lèvres, je voulais l’aider à trouver le silence, c’était ma façon à moi de lui montrer qu’il n’était pas nécessaire d’en parler. Je me relève, le temps de retirer le haut et le bas, en restant naturel, je pose mes vêtements à côté du lit, et reste en caleçon pour venir m’enfiler sous les draps à côté de ma brune pour la serrer contre moi.

Je voulais qu’elle puisse me sentir, venant attraper son épaule d’une main, je la blotti contre mon torse, assis fesse contre fesse, à côté d’elle dans ce qui sera notre lit. J’embrasse sa joue, et quand elle se mettait à sourire dans ma direction, je caresse ses lèvres des miennes pour lui signifier mon intérêt.

- Je sais ce que c’est que de vivre sans père. Pourtant, le mien n’est jamais parti, j’ai toujours eu ce que je voulais. Mais tu sais quoi ? Je crois que j’ai pas envie de ça pour Tony.

Est-ce que je pourrais être un meilleur père que le mien ? C’est clair que si lui ne m’aidait pas, jamais on pourrait s’en sortir, et pourtant, j’avais l’impression d’avoir manqué cruellement de lui quand j’étais plus jeune. Aujourd’hui j’apprenais à gérer, c’est ce qu’on doit faire je crois quand on arrive à un âge où l’on devient père soit même.

Mes bras autour de Mélody, je viens caresser son corps, en m’approchant d’elle un peu plus. Les yeux dans les siens, je la regarde, je sais qu’elle a besoin de croire en moi, en nous, en tout ça. Avec une main je glisse sur son épaule, sur sa poitrine que je caresse encore, pendant que mon genou remonte le long de sa cuisse nue sous les draps.

- Laisse-moi te faire l’amour bébé, j’ai envie qu’on se retrouve, comme avant.
Revenir en haut Aller en bas

Je suis un(e) Renégat
et Membre Glee Club

avatar
I am
Melody Potter

Féminin
✘ Messages : 312


Mieux me connaître
✘ Qui sont tes ami(e)s & tes ennemies:
✘ Je suis membre: Du Glee Club
✘ Je fais partie de la fraternité: Célibataire

MessageSujet: Re: Un nouveau départ   Jeu 1 Juin - 10:34


Un nouveau départ


Johnny Silverstone

Melody Potter




- Je t’aime Mélody !

L’entendre me dire ces mots me paraissais surréaliste, je ne sais toujours pas comment j’ai pu faire, Moi Melody Potter, pour séduire un garçon comme lui, ou du moins pour parvenir a attiré son attention. Sans doute que tout était prévue… c’était écrit, le destin on dit. Je me souviendrais toujours de ce séjour en centre de vacance, nous avons appris à nous connaitre, il m’a fait découvrir beaucoup de chose en si peu de temps et l’attirance que je ressentais déjà pour lui à l’époque, c’est alors transformé au fil des jours en amour… un amour fort, loyal, intense.

Voici ou nous en sommes aujourd’hui, parents d’un bébé « accident » qui semble pourtant faire la fierté de son père, qui l’aurait cru ?! surement pas moi, j’ai eu tellement peur de lui apprendre que j’étais enceinte, peur de perdre ce début d’histoire que j’idéalisé tellement malgré les dérapages incontrôlés de ce garçon. Ce que je vais dire est peut-être égoïste, mais c’est avec moi dorénavant qu’il a ce bébé, son fils ! aucune autre fille n’aura plus ma place désormais, car même s’il n’aurait pas changé, qu’il serait toujours comme avant et bien je suis la mère de son fils et nous aurons toujours ce lien… cet amour. J’ai parfois l’impression de résonnait comme une folle. Est-ce que je le suis ?

Je le laisse me prendre le bébé de mes bras, celui-ci a bien mérité une nuit de sommeil et je vous avoue que moi aussi, mais j’ai aussi envie de prendre du temps, de profité de la présence de Johnny, de ses bras et de ses attentions.

- Tu as raison, demain je viens m’occuper de ton sein, et on l’envoie sur le terrain à ma place ? D’accord bébé ?

Je pouffe de rire alors que dans ma tête j’imagine déjà la scène, celle de Johnny à mon sein n’est pas du tout dérangeante, mais celle du bébé sur le terrain beaucoup plus. Lorsque Johnny me tend Tony, je dépose un baiser sur son visage, puis un second, avant de le complimenté et de sourire de nouveau à mon amour qui me flatte.

- C’est parce qu’il a tout prit de sa mère. Enfin, j’ai fait ma part du job aussi. On a bien bossé je crois mon ange.

« Je crois aussi oui »

Je les suis du regard jusqu’à ce qu’il disparaisse de ma vue, puis ferme un peu les yeux, tête appuyer contre la tête de lit. Je les imagine dans la pièce voisine. Au retour de Johnny, celui-ci me taquine sur l’ampleur de ma poitrine, il faut bien dire qu’elle a doublé… plus ? j’ai l’impression de devoir supporter le poids de deux pastèques.
Alors que mon tendre amour, me touche, me caresse, m’embrasse, je lui fais part de mes doutes, je ne sais pas si le timing est bon, mais si je ne le fais pas de suite, je ne lui en parlerais jamais et je vais de nouveau m’enfermais dans les doutes puis imploser comme c’était arrivé à notre séparation.

- Pourquoi je t’aimerais plus bébé ?

Il y a tellement de raison à ça ! car je ne suis que moi résumerais beaucoup déjà, mais j’ai aussi pris un peu de poids avec la grossesse, pas grand-chose, mais mon corps et mes formes ont changés, peut-être que tout cela pourrait le dégouttait désormais. Mais aussi tellement d’autre chose.

- Chuut, tait toi !

Son doigt contre mes lèvres m’empêche d’en dire plus, pourtant j’ai encore tant à lui dire. Je le regarde se lever puis se déshabiller, je mentirais si je disais que ça ne me faisais rien. Quand il revient à côté de moi, je me blottie contre lui ma main contre son torse je le câline, fermant les yeux pour respirer son odeur, son parfum si agréable. Ses baisers et ses délicates attention me font fondre et bêtement… tout cela me rassure aussi.

- Je sais ce que c’est que de vivre sans père. Pourtant, le mien n’est jamais parti, j’ai toujours eu ce que je voulais. Mais tu sais quoi ? Je crois que j’ai pas envie de ça pour Tony.

Alors je n’ai plus qu’à lui faire confiance… Ses caresses s’accentuent, me parcours un peu plus, ses baisers recouvrent mes lèvres, mon visage, mon corps…

« D’accord… mais je veux qu’on se dise tout d’accord… vraiment tout »

Même ce qu’il préférera sans doute me cachais, je veux que nous devenions un couple très honnête, je suis sûr que c’est ce qui fera de nouveau un couple fort et qui durera toujours. Ses baisers me font perdre la tête, mes mains caresse son corps, je le redécouvre et c’est juste magique. Je me perds contre lui, j’ai l’impression d’être bien loin de tout ce qui hantais ma tête quelques minutes plus tôt.

« Johnny… »

Son prénom s’échappe de ma bouche dans un doux chuchotement.

- Laisse-moi te faire l’amour bébé, j’ai envie qu’on se retrouve, comme avant.

Je souris… je suis tellement aux anges de l’entendre me dire cette phrase.

« J’en ai envie moi aussi… je t’aime tellement Johnny »

J’attrape doucement son visage entre mes mains et l’embrasse langoureusement avant de me redressais et de faire passer mon corps par-dessus celui de mon petit ami.

« Tu m’as tellement manqué »

Je dépose des baisers dans son cou, je sais qu’il adore cela, remontant jusqu’à lobe de son oreille, mes mains redécouvrent son corps, un peu moins timidement que les premières fois, car aujourd’hui elle le connait sur le bout des doigts. Il n’a pas changé, oh peut être que ses tablettes de chocolat sont un peu plus prononcé ?

« Ça a changé un peu » Je glisse ma main jusqu’à son entre jambe, caressant son membre avant de lui dire de façon amusé « j’espère que ce n’est pas le cas partout »




Revenir en haut Aller en bas

Citoyen de San Francisco
et Footballeur

avatar
I am
Johnny Silverstone

Masculin
✘ Messages : 513


MessageSujet: Re: Un nouveau départ   Ven 9 Juin - 12:18

Des jeunes parents, trop jeunes, trop inexpérimenté, c'est ce que tout le monde pensera en nous voyant. pourtant, en voyant le résultat, personne n'aura rien à redire, il est tellement beau notre fils. Je félicitait ma partenaire, pour ce magnifique travail d équipe, un travail qui aujourd'hui je le sais, je n'aurais voulu le faire avec personne d'autre.

« Je crois aussi oui »

Les deux fier de notre progéniture, j'allais mettre le fruits de nos effort au lit avant de retrouver ma petite brune dans le mien. j'avais rêvé cet instant, ces retrouvaille, durant l'année entière. Elle m'a manqué, terriblement, et le pire dans tout ça c'est que je crois qu'elle ne s'en aperçoit même pas.

Essayant de la rassurer un peu, j'avais besoin de retrouver le corps de ma copine. jouant doucement sur cette poitrine nouvellement volumineuse, je montrais à mélody que je serais là pour elle, en lui certifiant que je le serais pour Tony. il était hors de question de parler d abandonner mon fils.

« D’accord… mais je veux qu’on se dise tout d’accord… vraiment tout »

- tout ? Alors j'ai le droit de te dire combien tu m'as manqué ?


Elle était dans mon lit, je pouvais la toucher, l'embrasser, la caresser, et ça vallait tout les mots du monde. Mes mains venaient jouer avec ses courbes, mes lèvres sur sa peau je m enivrait de chaque instant comme si c'était le dernier.

« Johnny… »

- oh bébé !

Ses mains commençaient à jouer à leurs tours, ses lèvres sur les miennes, je retrouvais une mélody plus décomplexée que jamais. On en avait fait du chemin depuis ce stage d été, ce jeux qui avait permi à nos corps de se découvrir, de se rencontrer ! je lui souris, et continue, avec elle, lui rendant chacun de ses baisers.

« J’en ai envie moi aussi… je t’aime tellemenyt Johnny »

J'arrivais à lire cette envie dans ses yeux, dans ses gestes, sa voix tout en elle allumait en moi une flamme qui ne m'avait pas animé depuis trop longtemps. Quand mélody venait passer sur moi, me chevaucher, je la regardait faire, à la fois satisfait et intrigué.

« Tu m’as tellement manqué »

- Je suis là !

En l embrassant, encore, j'étais là à profiter de chacun de ses instant qu'elle m offrai, ses baiser, son corps. Mes mains par dessus ses hanche, je la positionnais de façon à ce que je puisse profiter de la vue, son corps nu, son sourire, ses cheveux, tout en elle me rappelait combien j'avais été seule jusqu'à la.

« Ça a changé un peu »

- Tu trouv..! hey ! coquine !

« j’espère que ce n’est pas le cas partout »


C'était transcendant comme situation, nouveau et tellement excitant. mélody était devenue une femme, une vraie. Je venais alors attraper sa main sur mon sexe pour la positionner plus agréablement, pendant que j'allais caresser sa poitrine avec les lèvres. chacun de ses seins avait l'air plus gros, encore davantage une fois tendu devant moi.

- Mélody ! Mélody !

J'étais comme un fou, une main qui caresse ses fesses, mon entre jambes frémissait en attente de retrouver le bassin en ma partenaire. Je venais la contourner et caresser à mon tour son intimité, juste le temps de m imprégner de son désir humide. Mes deux main sur ses hanche, je venais alors soulever ma belle pour la positionner contre moi, sans plus attendre, faisant entrer mon sexe à l intérieur du sien. Dans un gémissement je rentre en elle pour continuer avec mes mains sur son corps à la diriger et commencer nos mouvement de vas et vient !

- huum


Dernière édition par Johnny Silverstone le Ven 16 Juin - 17:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Je suis un(e) Renégat
et Membre Glee Club

avatar
I am
Melody Potter

Féminin
✘ Messages : 312


Mieux me connaître
✘ Qui sont tes ami(e)s & tes ennemies:
✘ Je suis membre: Du Glee Club
✘ Je fais partie de la fraternité: Célibataire

MessageSujet: Re: Un nouveau départ   Sam 10 Juin - 8:22


Un nouveau départ


Johnny Silverstone

Melody Potter




- tout ? Alors j'ai le droit de te dire combien tu m'as manqué ?

Johnny obtiendra un sourire en guise de réponse, car oui je voulais qu’il me dise tout désormais pour que nous devenions un couple des plus solide, mais oui bien sûr que je souhaitais qu’il me dise combien je lui ai manqué, moi la petite Melody du Glee Club, j’ai manqué à Johnny Silverstone. Qui l’aurait cru, moi-même jamais je n’aurais espéré autant je pense, même si tout chez moi ne souhaitais que cela.

- oh bébé !

Mes mains le caresse, le redécouvre, son corps a changeait, en mieux bien sûr, un peu plus musclé, ses abdos sont dessinés comme jamais et j’adore ce que je découvre. J’ai l’impression que son corps aussi a passé un cap, il n’est plus l’adolescent du City Collège, mais un homme désormais. A mi- mot je lui avoue mon attirance, mais surtout mon envie de lui, de le sentir me touchais, me caressais et surtout ne faire plus qu’un.

- Tu trouv..! hey ! coquine !

Oui mes mains n’hésitent pas à être aventurière, je ne me reconnais pas, j’ai l’impression d’être une autre fille, mais j’ai tellement envie de lui faire plaisir et puis pour tout dire, tout se fait si naturellement que je n’ai pas envie de garder le contrôle. Je pouffe de rire quand sa main termine sur la mienne entre ses jambes, mais très vite la sienne continue son chemin sur mes fesses et le reste de mon corps. Un soupir de bien être m’échappe.

- Mélody ! Mélody !

Chaque fois qu’il prononce mon prénom de la sorte, j’ai l’impression de perdre pied. Ce moment est juste magique, ses caresses allume mon corps sans la moindre difficulté, il faut dire que depuis notre dernière fois, je n’ai eu aucune relation sexuelle, alors ce doit être normal. Je continue d’embrassais le torse de mon partenaire, sans oublier ses lèvres, ma langue retrouve sa jumelle de façon si naturelle, c’est tellement bon et excitant.

Les caresse de Johnny sont un peu plus prononcé entre mes jambes, je les écarte un peu pour approuver ses gestes. Mon corps se soulève un peu et laisse entré en moi le sexe de mon Quaterback favori, m’arrachant un gémissement… quelle sensation agréable, c’est un mélange de douleur, très vite rejoins par le plaisir du sexe.

« Hmm c’est bon »

Etant par-dessus, je remue mon bassin, doucement pour m’habituais à cette sensation que je redécouvre après tellement de temps, puis le rythme s’intensifie, je sens le corps de Johnny se mettre à bouger, nos corps retrouve leur harmonie.

« Oh Johnny »

Est-ce qu’il aime autant que moi ? je l’espère vraiment car j’ai l’impression de perdre la tête tellement c’est bon. Nos vas et viens ont pris une vitesse un peu plus rapide, un peu plus intense



Revenir en haut Aller en bas
 
Un nouveau départ
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
San Francisco Life :: La ville : San Francisco :: ♣ Le Quartier résidentiel :: ♥ Les Appartements-
Sauter vers: